DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Espagne : l'appel à une aide extérieure se précise


économie

Espagne : l'appel à une aide extérieure se précise

L’Espagne est encore fortement bousculée mardi sur les marchés après une nouvelle annonce : celle de la banque centrale espagnole qui estime après le ministre des finances que le PIB espagnol va se contracter encore au deuxième trimestre 2012 et au même rythme qu’aux deux trimestres précédents soit -0,3%.

Le coût des emprunts espagnols à 10 ans affichait 6,5% mardi, ce qui constitue un nouveau record depuis la création de la zone euro et une charge potentielle de la dette espagnole impossible à gérer.

La prime de risque espagnole est en forte hausse car les marchés ont peur du système financier espagnol, affirme Enrique Quemada, le président de “one to one Capital Partners”. En 2008, les gouvernements des Etats Unis et de Grande Bretagne ont sauvé le système financier en injectant de l’argent public dns les banques. Et aujourd’hui, finalement en Espagne, l’argent va dans les institutions financières et les banques sont nationalisées donc c’est une chose positive”.

Le sauvetage record de la banque Bankia : 23 milliards d’euros, inquiète les investisseurs qui doutent que Madrid puisse affronter seul les besoins en capitaux de son secteur bancaire, ce qui amènerait la quatrième économie de la zone euro à demander une aide extérieure. Le premier ministre espagnol ne veut pas envisager officiellement une telle solution pour ne pas effrayer les marchés plus qu’ils ne le sont.

“Il n’y aura pas de sauvetage extérieur pour le système bancaire espagnol, a encore affirmé Mariano Rajoy. Notre problème c’est cette dette monumentale cumulée que nous, espagnols, nous avons en ce moment et que nous devons refinancer ce qui est difficile actuellement”.

Devant les difficultés de refinancement de l’Espagne, la Commission européenne est inquiète car elle ne dispose pas des moyens financiers pour renflouer l‘économie espagnole si cette éventualité se concrétisait. En attendant, Madrid réfléchit à la façon d‘éviter un appel ruineux au marché obligataire pour renflouer ses banques. Madrid a par ailleurs appelé la Banque centrale européenne à relancer son programme de rachat de dette publique pour faire baisser les taux d’emprunt actuels.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

économie

Pékin et Tokyo se passeront du dollar pour la partié de leurs monnaie