DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

L'architecte chinois Wang Shu, lauréat du Prix Pritzker 2012


le mag

L'architecte chinois Wang Shu, lauréat du Prix Pritzker 2012

En partenariat avec

Considéré comme le Nobel d’architecture, le Prix Pritzker 2012 a été décerné à Wang Shu. Pour la première fois, depuis la création du prix en 1979, le jury distingue un architecte chinois. Une manière de saluer “l’avènement et le rôle de la Chine dans le développement des futures idées architecturales”.

A travers ses projets pour la plupart, réalisés dans son pays, comme le musée d’Histoire de Ningbo, Wang Shu s’est forgé un style durable, humaniste et intégré à l’environnement en s’efforçant d’utiliser des matériaux recyclés.
“J’ai travaillé très dur pendant longtemps et je ne pensais pas du tout à ce Prix,” raconte Wang Shu, “puis tout-à-coup, cette distinction m’est attribuée et je me suis dit : “Mais je suis encore si jeune!” lance l’architecte. “Mais c’est une bonne chose,” ajoute-t-il, “je pense que c’est un excellent retour sur mon travail.”

Wang Shu a aussi dessiné des immeubles à Hangzhou. Un savant empilement de blocs qui mêle tradition, modernité et cubisme.
L’architecte a passé plus de dix ans à établir son école au sein de l’Ecole nationale des Beaux-Arts de Hangzhou. Il en a d’ailleurs conçu le nouveau campus en récupérant les matériaux de quartiers en cours de démolition.

Fort de son Prix, Wang Shu pense avoir désormais, plus de poids pour inciter ses élèves à respecter leur environnement et leur Histoire.
“Quelle influence ce Prix pourrrait-il avoir ? Je ne sais pas,” reconnaît Wang Shu. “Mais il est vrai que j’ai une certaine influence sur les jeunes générations, beaucoup de jeunes veulent me contacter et venir ici,” confie-t-il. “C’est aussi pour cela que je passe autant de temps à enseigner ; en Chine, les architectes comme moi sont très occupés, ils n’ont pas le temps d’enseigner, mais moi, je suis là.”

En récompensant Wang Shu, le jury Pritzker salue une position originale dans un pays où l’urbanisation rapide pousse à rechercher le gigantisme plutôt que le défi architectural.

Prochain article

le mag

La dépression post-Eurovision