DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Stefan Lehnert invente la toiture en coussins d'air


hi-tech

Stefan Lehnert invente la toiture en coussins d'air

En partenariat avec

Plus de 17.000 variétés de plantes, environ 300 animaux exotiques et une forêt tropicale, une nature luxuriante a pris ses quartiers dans un grand hall de 16.550 mètres carré au coeur du zoo de Leipzig en Allemagne.
Le dôme abrite environ quarante espèces animales provenant d’Asie, d’Afrique et d’Amérique du Sud.
Dans cette immense serre, l’air est presque irrespirable. La température est maintenue à 24 degrés et l’humidité atteint 95%.

La clé de ces conditions exceptionnelles : un système de toiture unique fait de coussins en plastique remplis d’air.
Ce revêtement est très léger – cent fois plus léger que le verre -, extrêmement flexible, mais aussi très résistant. Il peut par exemple, supporter le poids de la neige.

A l’origine de ce procédé commercialisé dès 2002, l’allemand Stefan Lehnert. Cet ingénieur mécanique affirme que cette technologie repose sur un principe très simple. “Comme toutes les bonnes inventions, en réalité, c’est un produit très simple,” affirme Stefan Lehnert. “On utilise un plastique de haute qualité qui a une durée de vie extrêmement longue : quand on évoque une durée extrêmement longue,” précise-t-il, “on parle d’environ cinquante ou cent ans sans dégradation.
Ensuite,” poursuit l’ingénieur, “nous remplissons d’air, la chambre qui se compose de plusieurs couches : ce qui ressemble à un coussin tel qu’on en trouve dans un lit et c’est l’air qui permet l’isolation.” Selon lui, “ces coussins ont de très, très bonnes caractéristiques dans la lutte contre le feu : en cas d’incendie, les feuilles de plastique réagissent de manière très intéressante.” Et d’après lui, “les feuilles sont auto-nettoyantes : tout est nettoyé par la pluie.”

L’air situé entre les feuilles de plastique est chauffé par le soleil, ce qui fait monter la température dans le dôme. Les feuilles ont une épaisseur comprise entre un dixième et un quart de millimètre.

Ce système est aujourd’hui largement utilisé à travers le monde, comme à Astana au Kazakhstan où il offre une protection contre les fortes chaleurs et les grands froids.

Autre réalisation : le revêtement du Centre national de natation de Pékin qui est ainsi, isolé de la pollution extérieure.

A Leipzig, nous rencontrons celui qui est donc, à l’origine de ce concept : Stefan Lehnert, 62 ans. Il vit et travaille à Brême, mais voyage une bonne partie de l’année. Sa carrière s’articule entièrement autour de la conception de cette technologie.

Stefan Lehnert est aujourd’hui nominé pour le Prix de l’inventeur européen que l’Office européen des brevets remet le 14 juin à Copenhague.

euronews : “Pensez-vous avoir offert de nouvelles possibilités en matière d’architecture ?”
Stefan Lehnert : “Nous proposons aux architectes, un procédé très simple et très économique pour construire d’immenses espaces. Nous pouvons placer sous un toit, dans un environnement dont les conditions sont contrôlées, des plantes naturelles et des animaux en utilisant ni pesticide, ni traitement chimique.”

euronews : “Votre vie a-t-elle changé depuis la mise au point de cette invention ?”
Stefan Lehnert : “Pour moi, la vie a commencé avec cette invention. On l’a créée et on a travaillé très dur pour rendre tout cela possible et être digne de confiance pour nos clients.”

Le dôme de Leipzig est considéré comme le zoo du futur.
Cette technologie trouve déjà de nombreuses applications en architecture, mais le plus novateur reste à venir d’après l’inventeur. “Concernant l’avenir de cette technologie : je n’en ai aucune idée,” affirme-t-il. “Aujourd’hui, nous mettons au point des procédés dont on n’osait même pas rêver il y a cinq ans,” souligne Stefan Lehnert, “ce que nous ferons dans cinq ans, je ne le sais pas.”
D’après l’ingénieur, ses coussins d’air auraient un potentiel illimité. Ils pourraient être utilisés par les architectes pour réaliser leurs rêves les plus fous.

Le choix de la rédaction

Prochain article

hi-tech

A Zürich, les bâtiments se déplacent