DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Syrie : Hollande n'exclut pas une intervention militaire


Syrie

Syrie : Hollande n'exclut pas une intervention militaire

Les principaux pays européens, les Etats-Unis, le Canada et l’Australie ont annoncé l’expulsion des diplomates syriens dans leur capitale. Une mesure, lancée par le président français, prise en réaction au massacre d’Houla.

Vendredi au moins 108 personnes, dont 49 enfants et 34 femmes avaient été tuées ; la majorité des victimes ont été exécutées, peut-être par les miliciens pro-régime.

A Paris, la fontaine des innocents devient rouge sang, et François Hollande évoque une action militaire :

“Elle n’est pas exclue à condition qu’elle se fasse dans le respect du droit international – c’est-à-dire par une délibération du Conseil de Sécurité. A moi, à d’autres de convaincre Russes et Chinois, mais aussi de trouver une solution qui ne serait pas forcément militaire.”

Reste en effet à convaincre la Russie, qui a déjà opposé son veto à deux projets de résolutions condamnant la répression.

Pour Kofi Annan, l‘émissaire de l’Onu, la Syrie est à un point de rupture : “Les mots sont magnifiques mais l’action c’est mieux. Ce qui est important c’est de montrer à travers l’action, un réel engagement pour le plan. Et c’est à quoi la communauté internationale est appelée : de l’action, pas des mots.”

Cet appel, Kofi Annan l’a fait après sa rencontre avec Bachar al Assad. Deux heures de discussions stériles, une seule chose évolue tragiquement, le nombre des morts.

Prochain article

monde

Séisme en Emilie-Romagne : les Italiens sous le choc