DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Pacte budgétaire : le "oui" réaliste des Irlandais

Vous lisez:

Pacte budgétaire : le "oui" réaliste des Irlandais

Taille du texte Aa Aa

Les Irlandais ont voté “oui” au pacte budgétaire européen, dit de la “Règle d’or”. C’était la troisième fois en quatre ans que les électeurs de ce petit pays membre fondateur de l’euro se prononçaient sur un traité européen, et si dans le passé ils ont osé dire non, cette fois ils ont donné leur accord.

Et pour cause. Tous les projecteurs étaient braqués sur Dublin, le bon élève au sein des trois pays de l’euro soumis à une cure d’austérité radicale en échange de l’aide internationale.

Cette année encore Dublin devra économiser 4,2 milliards d’euros pour honorer ses engagements vis à vis de l’UE et du FMI.

Le programme de sauvetage financier de l’Irlande, déclenché en 2010, suite à l’effondrement de ses banques, s’achève fin 2013. Dublin compte revenir sur les marchés financiers a cette échéance, certains signes sont encourageants, les dépôts dans les banques irlandaises sont en hausse.

Mais attention, les rendements de la dette à court terme sont en forte hausse, traduction : les marchés financiers parient que Dublin aura besoin d’un deuxième plan de sauvetage. Un argument repris par cette analyste :

“L’Irlande doit penser à sa position au sein de l’Europe, particulièrement si des pays sortent de la zone euro. Et le modèle de croissance de l’Irlande est entièrement basé sur l volonté des multinationales d’installer leurs sièges à Dublin”.

Malgré les mesures d’austérité, l’économie irlandaise a réussi une légère croissance en 2011; les entreprises continuent à acheter des biens et des services; mais au premier trimestre 2012 les exportations ont stagné. La situation reste fragile.

La dette publique est très importante, 116% du PIB, le déficit prévu cette année est de 8,3% et la croissance seulement 0,5% du PIB. Le chômage reste stable, à plus de 14%.

De quoi faire dire à ceux qui ont voté “non” au traité budgétaire européen que les mesures d’austérité ne marchent pas.

C’est ce que pense ce commerçant de Dublin :

“Les gens ne veulent pas d’austérité, ils ne veulent pas de coupes budgétaires, ils sont désenchantés, ils ne croient plus à ce système avec tout ce qui s’est passé ces trois ou quatre dernières années”.

Mais les partisans du “non” n’ont pas réussi à convaincre… La majorité des Irlandais a au contraire conclu que le pays aurait bien du mal à se financer sans le Mécanisme Européen de Stabilité Financière, quitte à se soumettre à une politique d’austérité dont personne, au départ, ne voulait.