DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

L'Europe donneuse de leçons ne brille pas par sa transparence


Le bureau de Bruxelles

L'Europe donneuse de leçons ne brille pas par sa transparence

Alors que la crise justifie depuis plus de deux ans les lourds sacrifices imposés aux Européens, Tranparency International appuie là où ça fait mal. Dans un rapport intitulé “Argent, pouvoir et politique : les risques de corruption en Europe “, l’organisation dénonce les faiblesses des dispositifs anti-corruption et fait le lien avec la montée des populismes.

“ La manière la plus efficace de contrer le populisme, étant donné la façon dont il émerge aujourd’hui, c’est de responsabiliser tout le monde. Dans un pays comme la Grèce, plus de 80% des citoyens disent ne pas avoir confiance dans le système politique ou les partis politiques. Dans un tel climat, toutes les formes d’extrémisme ne peuvent que croître “ , analyse Cobus De Swardt, le directeur de TI.

Ce que dénonce Transparency International, ce sont aussi les liens entre monde politique et monde des affaires. Exemple, 19 pays sur les 25 passés au crible n’ont toujours pas réglementé le lobbying.

“ L‘équation austérité plus corruption, l’explosion continue de scandales impliquant des membres du gouvernement, du parlement, de banquiers, tout cela crée beaucoup de frustration et d’instabilité sociale “ , explique Luis de Sousa, représentant de la branche portugaise de Transparency. “ D’une certaine manière, cela affecte le soutien populaire à la démocratie, et donc la légitimité démocratique. “

Les pays scandinaves sont les mieux protégés contre la corruption. Quant à la France, elle manque de transparence note l’organisation, qui cite en exemple le fait que les déclarations de patrimoine et d’intérêts des députés ne soient pas rendues publiques.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

Le bureau de Bruxelles

Les abeilles font du buzz au Parlement européen