DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Théâtre : Sibiu dans la cour des grands


le mag

Théâtre : Sibiu dans la cour des grands

En partenariat avec

Derrière Avignon et Edinbourgh, Sibiu se fraye son chemin dans le petit monde des festivals de théâtre.

Cela fait presqu’une vingtaine d’année que la ville roumaine organise son festival.

Constantin Chiriac est le créateur d’un festival qu’il dirige toujours : “Bienvenue dans une ville qui est peut être un des meilleurs exemple dans le monde de ce que signifie la reconstruction d’une communauté au travers d’une solution culturelle, dans toutes ses dimensions, économiques, sociales, culturelles, etc. Le festival au début, il y a 19 ans ne concernait que 3 pays et 8 pièces. Aujourd’hui nous avons 350 pièces qui viennent de 70 pays et qui sont données dans 66 lieux différents avec une moyenne de 62 000 spectateurs par jour”.

Sibiu et son théatre national Radu Stanca fait partie du projet Villes en scène/Cities on stage, initié par le Théâtre National/Bruxelles et soutenu par la Commission européenne.

Le théatre national de Bruxelles y a présenté sa création intitulée Exils.

“Cities on stage est un programme européen du programme culture 2007-2013 qui comprend 7 créations de 7 metteurs en scène différents, et à partir de 7 villes dans lesquelles il y a des théâtres qui accueillent des gens en résidence. Et la proposition est de travailler autour de la citoyenneté, en tout cas de la façon dont on peut vivre ensemble dans une capitale, ou dans une ville qui n’est pas une capitale en Europe”, explique Fabrice Murgia, metteur en scène de la pièce.

La rue est là aussi devenue lieu de représentation, ainsi que les lieux insolites comme ce vieux tramway et une pièce “un tramway nommé popescu”

La pièce est basée sur les rares oeuvres écrites par cet auteur roumain disparu en 1995 à l‘âge de 36 ans. Les spectateurs voyageurs voient se dérouler devant eul la vie et la chronique familiale de l’auteur.

Quant à ce faust mis en scène par Silviu Purcarete il s’est installé dans une friche industrielle. Un Faust déjà joué à Edingbourgh et créé ici même en 2007 quand la ville était estampillée capitale européenne de la culture. Un must du spectacle total à voir ou à revoir.

Les parades et spectacles de rue sont partie intégrante du festival. Lors de cette édition qui a duré une dizaine de jours deux grands défilés étaient proposés par la troupe néerlandaise Close Act.

Prochain article

le mag

Lawson, la loi des boys band