DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le meurtre des soldats français en Afghanistan, un avertissement pour Paris

Vous lisez:

Le meurtre des soldats français en Afghanistan, un avertissement pour Paris

Taille du texte Aa Aa

L’attaque qui a fait hier quatre morts français en Afghanistan sonne comme un avertissement pour Paris, en pleines législatives. Les talibans ne baissent pas la garde, même si le retrait des forces françaises est avancé d’un an. Il débutera en juillet et se terminera fin 2012, et ce calendrier ne changera pas :

“La mission qui est la nôtre en Afghanistan, a déclaré le président français, consiste à permettre aux Afghans de reconquérir le plus vite possible leur souveraineté dans le cadre d’une transition qui doit être ordonnée mais rapide.”

En Kapisa, les soldats s’apprêtaient à rencontrer des responsables de village pour parler coopération et développement, quand un kamikaze s’est fait exploser au milieu d’eux.

“Je pense, explique l’analyste militaire Pierre Servent, que dans les mois qui viennent où la force française sera encore un peu plus fragile parce qu’elle sera obligée de transiter, de faire déplacer à la fois des forces et du matériel. Malheureusement il y aura certainement des attaques et les talibans ne vont pas dire “ce sont des Français on les laisse se désengager”, non, tant qu’ils peuvent tuer, frapper, montrer leur puissance, ils vont le faire.”

Un interprète afghan a été tué aussi, et cinq soldats français blessés. Ils appartenaient à cette base de Nijrab que François Hollande avait visité le 25 mai dernier. Un hommage solennel leur sera rendu jeudi prochain.