DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Chili : la mémoire de l'ère Pinochet divise toujours

Vous lisez:

Chili : la mémoire de l'ère Pinochet divise toujours

Taille du texte Aa Aa

De violents affrontements ont éclaté dimanche à Santiago, la capitale du Chili. La police a dispersé avec des gaz lacrymogènes et des canons à eau des manifestants venus protester contre un rassemblement favorable au régime d’Augusto Pinochet.

Il s’agissait d’une cérémonie au cours de laquelle était projeté un documentaire favorable à l’ancien dictateur. C’est tout simplement insupportable pour les familles de disparus et d’anciens détenus: “Ils ont violé les droits de l’homme et aujourd’hui leur seule réponse est de nous supprimer, nous violenter, nous maltraiter et abandonner leur pays, ces génocidaires sont dans le théâtre Caupolican” dit une manifestante.

A l’intérieur du théâtre, d’anciens responsables du gouvernement et de l’armée ont reçu une ovation appuyée de la part de partisans du régime de Pinochet.

La société chilienne est aujourd’hui encore très divisée sur cet héritage : “L’extrême-gauche chilienne veut faire une apologie du gouvernement Allende et que nous disions que le gouvernement militaire n’a fait que commettre des crimes” affirme un ancien ministre du gouvernement Pinochet.

A la sortie du théâtre, les partisans de Pinochet escortés par la police n’ont pas pu échapper aux injures de la foule.

Entre 1973 et 1990, la dictature chilienne a fait plus de 3200 morts et disparus. Les historiens parlent d’au moins 37 000 cas de tortures et de détentions illégales.