DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Antonis Samaras se veut le garant du maintien dans l'euro

Vous lisez:

Antonis Samaras se veut le garant du maintien dans l'euro

Taille du texte Aa Aa

Il se pose en garant du maintien de la Grèce dans l’euro tout en voulant rénégocier le plan de rigueur de l’UE et du FMI, dit le “mémorandum”.

Antonis Samaras, le leader des conservateurs de Nouvelle Démocratie, n’a jamais caché son ambition de devenir Premier ministre, et pour y parvenir il a fait des promesses allèchantes aux Grecs.

Samaras entend réduire l’impôt sur les sociétés
de 23% à 15%, la TVA de 23% à 19% et le taux maximal de l’impôt sur le revenu de 45% à 32%.

Il s’est aussi engagé à créer 150 000 emplois dans le privé à la mi-2013.

Le 6 mai, Samaras avait obtenu un résultat décevant, car arrivé en tête avec un maigre 18,8% il n’avait pas pu former un gouvernement. Les électeurs avaient puni la ND malgré les réticences de Samaras à soutenir le deuxième
mémorandum, le plan de sauvetage de 130 milliards d’euros.

Aux exigences de Bruxelles d’avoir des garanties signés par les leaders grecs au deuxième mémorandum, Samaras avait répondu non, arguant que sa parole suffisait.

Cet économiste diplômé de Havard et du Amherst College de Massachussets ou il avait partagé sa chambre avec son rival acharné Georges Papandreou, a changé plusieurs fois de position vis à vis des mémorandums. Il s‘était opposé avec virulence au premier signé en 2010.

Ensuite, en novembre 2011, il avait demandé la démission de Papandreou comme condition préalable pour entrer dans un gouvernement de coalition : “M.Papandréou ne décide rien, et il bloque toute décision, tant qu’il ne démissionne pas, il bloque la situation, je veux aider, mais il doit démissionner et tout ira bien…”

Avant de rejoindre le gouvernement de coalition de Lukas Papademos, il s‘était opposé à ce que des dirigeants de Nouvelle Démocratie y participent pour ne pas s’user avant les elections.

Samaras est né en 1951 à Athènes au sein d’une riche famille de commerçants et d’ hommes politiques.