DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

La contagion de la crise de la dette menace de s'étendre à l'Italie


Italie

La contagion de la crise de la dette menace de s'étendre à l'Italie

Le pays est revenu dans la ligne de mire des marchés après que
les taux sur les emprunts italiens à dix ans sont remontés ce mardi à 6,3%, du jamais vu depuis janvier. Mais Mario Monti asssure être “très serein”. Le président du Conseil italien estime que l’Italie n’a pas besoin d’aide. Il a demandé aux parlementaires de lui apporter un soutien politique.

“Si des mesures sont engagées pour pousser la croissance, les marchés financiers verront que les finances italiennes sont viables. Nous paierons alors un prêt moins important, les taux d’intérêts baisseront et les affaires des entreprises iront mieux puisqu’elles seront moins pénalisées dans leurs investissements. Cela nous protègera de la contagion” a dit Mario Monti.

L’Espagne, elle, est déjà contaminée. Elle a fait appel à l’aide financière de ses partenaires.
Le gouvernement de Mariano Rajoy assure pourtant avoir évité un sauvetage à l’Espagne, préférant la version de l’obtention d’un emprunt des autorités monétaires de l’Union européenne. Pour l’opposition c’est jouer sur les mots. “Admettez la vérité”, a lancé une député à Mariano Rajoy, “faîtes le devant le Parlement. Appelez un sauvetage, un sauvetage. Sauvetage limité, sauvetage financier, léger sauvetage, merveilleux sauvetage mais sauvetage”, s’est emportée Rosa Diez, la porte-parole du petit centriste Union Progrès et Démocratie.

Mais le premier ministre espagnol n’en démord pas, “l’Union européenne apportera 100 milliards d’euros. Ils seront utilisés par les banques jusqu‘à un certain plafond et elles les rembourseront à un moment donné. Ce que les autres ont fait avec leur dette publique, nous le ferons avec l’aide de l’Union européenne”, a-t-il dit.

Avec des taux d’intérêts records et un abaissement de la note de 20 banques en deux jours, l’Espagne peine à sortir la tête de l’eau. Ce mardi, le rendement sur les emprunts à 10 ans a atteint son plus haut niveau depuis la création de la zone euro.

Prochain article

monde

Les particules diesel classées comme cancérogènes par l'OMS