DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Egypte : la cour constitutionnelle bouscule le processus de transition


Egypte

Egypte : la cour constitutionnelle bouscule le processus de transition

Les juges de la Haute cour constitutionnelle ont invalidé la composition du Parlement, dominé par les islamistes, estimant que la loi électorale était contraire à la constitution. Conséquence : la chambre basse devra être dissoute, alors qu’il avait fallu plusieurs mois pour élire les députés.

Autre décision : la justice a bloqué une loi qui rendait inégilibles les cadres de l’ancien régime. Autrement dit, les juges valident la candidature d’Ahmed Chafiq, l’ancien Premier ministre de Moubarak. Il affrontera Mohammed Morsi au second tour de la présidentielle ce week-end.

“Ahmed Chafiq doit être exclu, estime un habitant du Caire. La décision de la cour n’est pas juste. Tout est orchestré par le conseil militaire. Et les élections sont le dernier épisode”.

Un peu plus loin, une femme ajoute : “moi, je voterai pour Morsi. Chafiq, lui, qu’est-ce qu’il va nous apporter ? Ca fait trente ans qu’on vit dans la misère”.

Cela dit, Ahmed Chafiq a aussi ses supporters. “On me dit de voter pour Morsi, dit une femme. Mais qu’est-ce qu’il a fait, jusque-là ? Moi, je vais voter pour Chafiq”.

Réagissant à la décision de la cour constitutionnelle, les Frères musulmans ont dénoncé un “coup d’Etat” institutionnel de la part des militaires au pouvoir. Pour autant, le candidat de la confrérie a dit se plier à l’arrêt rendu ce jeudi.

Selon notre correspondant au Caire, Riad Muasses, “la décision de la cour constitutionnelle va entraîner un blocage de l’assemblée du peuple mais aussi du conseil de la Choura, la chambre haute, et ce, à la veille du second tour de la présidentielle. Cela va compliquer encore plus la crise politique en Egypte”.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Rencontre entre Hollande et Monti pour parler croissance en Europe