DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Egypte : à la veille du second tour de la présidentielle, la colère monte d'un cran


Egypte

Egypte : à la veille du second tour de la présidentielle, la colère monte d'un cran

“Un coup d’Etat militaire en douceur” dénonce le mouvement du 6 Avril, l’un des piliers de la révolution en Egypte. Son appel à manifester, après l’invalidation des résultats des dernières législatives par la Cour constitutionnelle, a été entendu. Dans la ville d’Alexandrie notamment, des milliers de personnes ont protesté. “Le Conseil suprême des forces armées ne comprend pas les aspirations du peuple, dit un manifestant. Alors, le peuple doit sortir dans la rue ce week-end pour avoir le dernier mot. J’espère que le candidat des Frères musulmans va gagner la présidentielle, car c’est le seul qui peut provoquer une nouvelle révolution”.

Ce candidat, Mohamed Morsi, a participé à la prière du vendredi dans une mosquée d’un quartier pauvre du Caire. Les Frères musulmans ont déclaré que l’Egypte allait au devant de “journées difficiles”. Ahmed Chafik, ex-général et ex-Premier ministre d’Hosni Moubarak, a au contraire salué le jugement de la Cour constitutionnelle, affirmant qu’il renforce sa légitimité. C’est loin d‘être l’avis des révolutionnaires de la place Tahrir, au Caire.
“Je crois que cela va tourner à la guerre, réagit une Egyptienne. Et beaucoup de gens pensent comme moi”. Une extrême nervosité est déjà palpable aux abords de la symbolique place Tahrir. Les Frères musulmans ont prévenu: toute “manipulation” lors du second tour de la présidentielle déclenchera une “énorme révolution”.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

La dette publique espagnole à son plus haut