DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Russie : les excuses d'un policier à un journaliste qu'il avait menacé de mort

Vous lisez:

Russie : les excuses d'un policier à un journaliste qu'il avait menacé de mort

Taille du texte Aa Aa

Le patron du Comité d’enquête russe – ce qui équivaut au FBI – “souffle le chaud et le froid”.
Alexandre Bastrykine a accepté de rencontrer jeudi le rédacteur en chef de Novaïa Gazeta pour présenter des excuses. Le journal d’opposition affirme, en effet, que le policier a menacé de mort l’un de ses journalistes, Sergueï Sokolov. Ce dernier l’a pris très au sérieux, et s’est réfugié à l‘étranger. Le même jour, le chef du Comité d’enquête a pourtant déclaré sur internet que cette histoire était “du délire”.

Le rédacteur en chef de Novaïa Gazeta, Dmitri Mouratov, se contente des excuses : “Il n’a rien nié finalement, et c’est correct. Avec un portable, il a appelé Sergueï Sokolov et lui a présenté ses excuses. Notre journaliste a dit qu’il y avait beaucoup d‘énervement des deux côtés, et que maintenant, il allait pouvoir rentrer pour vivre et travailler de nouveau en Russie”. L’Union des journalistes russes, indignée, va néanmoins suivre de près les suites de cette affaire. “C’est sur le site d’un quotidien proche du pouvoir que le haut responsable de la police a qualifié les accusations de Novaïa Gazeta de délire, explique Alexandre Shashkov, correspondant d’euronews à Moscou. Ce n’est qu’après qu’il a accepté de rencontrer le rédacteur en chef du journal”.