DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Etre ou ne plus être dans la zone euro : les Grecs choisissent dimanche


Grèce

Etre ou ne plus être dans la zone euro : les Grecs choisissent dimanche

La Grèce “sortira de la crise, mais pas de l’euro”, c’est la promesse que fait Antonis Samaras. Le chef du parti de droite Nouvelle Démocratie a tenu son dernier meeting électoral vendredi en plein centre d’Athènes. “Si nous rompions avec nos partenaires européens, a-t-il prévenu, ce serait dix fois pire”. A la veille de législatives cruciales, les sondages donnent une très courte avance à Antonis Samaras sur son principal rival, Alexis Tsipras.

Le dirigeant de la gauche radicale Syriza affirme, lui aussi, qu’il veut garder l’euro, mais qu’il faut en finir avec le plan de rigueur. Alexis Tsipras veut renégocier avec l’Union européenne avant le sommet de la fin juin. Sa victoire est redoutée par les marchés financiers. “Je ne m’attends pas à un effondrement total, confie toutefois l’expert financier Joe Rundle. Je crois que Syriza va se diriger vers la Banque centrale européenne, et que ses demandes seront moins strictes. Syriza ne peut pas se permettre de sortir de l’euro, car il faut payer les fonctionnaires”.

Beaucoup de dirigeants européens ont mis en garde les électeurs grecs contre les conséquences de leur vote, pour leur pays et la zone euro.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Les commerçants ukrainiens déçus par l'euro