DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Le geste polémique de Barack Obama en direction des latinos


Etats-Unis

Le geste polémique de Barack Obama en direction des latinos

Barack Obama accorde un sursis de deux ans aux jeunes immigrés clandestins aux Etats-Unis. Le président américain a annoncé hier que les quelques 800.000 jeunes immigrés en situation irrégulière ne pourraient pas, dans les deux ans à venir, faire l’objet d’une expulsion.

Barack Obama :
“Maintenant soyons clair : il ne s’agit pas d’une amnistie. C’est une mesure temporaire d‘équilibrage, qui met l’accent sur nos ressources avec sagesse, tout en donnant du répit et de l’espoir à ces jeunes gens doués, motivés, et patriotes. C’est la bonne chose à faire.

(A ce moment, un journaliste l’interrompt)

-Excusez-moi, Monsieur, ce n’est pas le moment des questions, pas pendant que je parle.

(Le journaliste continue)

-Et la réponse à votre question, Monsieur, et la prochaine fois je préfèrerais que vous me laissiez finir mes déclarations avant de poser des questions, est que c’est la bonne chose à faire pour le peuple américain”.

Barack Obama, clairement irrité d’avoir été interrompu en pleine conférence de presse par un journaliste conservateur qui lui demandait pourquoi “favoriser les travailleurs étrangers par rapport aux Américains”, est parti sans se soumettre à la séance de questions-réponses.

Au même moment, devant la Maison Blanche, un petit groupe de travailleurs immigrés se réjouissait de la nouvelle.

“Nous sommes ici car ils doivent savoir que nous n’allons pas abandonner, explique cette jeune femme, ce n’est pas pas parce que nous gagné ici que c’est terminé. Il y a encore tellement de choses qu’il faut faire. Notre objectif est toujours celui de la réforme des lois sur l’immigration”.

Beaucoup ont vu l’annonce d’Obama comme largement électoraliste, à quelques mois de la présidentielle américaine… Lors de laquelle Barack Obama pense profiter d’un large soutien de la communauté hispanique.

Prochain article

monde

Les Egyptiens élisent leur premier président post-Moubarak