DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Espagne et Grèce : l'eurogroupe y voit un peu plus clair


Le bureau de Bruxelles

Espagne et Grèce : l'eurogroupe y voit un peu plus clair

L’Espagne peut enfin chiffrer les besoins de ses banques. Alors que les ministres des Finances de la zone euro se retrouvaient à Luxembourg, les résultats des audits indépendants sont tombés. Il faudra jusqu‘à 62 milliards d’euros pour sauver les banques du pays. Madrid ne tardera pas à faire officiellement sa demande.

“ Théoriquement, dans les prochains jours, le mécanisme de secours permanent entrera en fonction, et c’est l’instrument idéal pour l’injection de capitaux dans les banques, ce que veux l’Espagne “ , a rappelé son ministre des Finances Luis de Guindos.

La zone euro s’est déjà engagée à prêter jusqu‘à 100 milliards d’euros si nécessaire, sans en passer par un plan de sauvetage et son corollaire, un sévère plan d’austérité pour l’Espagne.
Autre gros sujet du jour pour l’Eurogroupe : la Grèce. A peine le nouveau gouvernement formé, le coup d’envoi des tractations a été donné. Athènes va essayer d’obtenir de ses partenaires un sursis de deux ans pour assainir ses comptes, ce qui voudrait aussi dire une rallonge financière.
Très exposée à la dette grecque, Chypre envisage aussi de demander de l’aide pour ses banques.

Prochain article

Le bureau de Bruxelles

Le Parlement européen demande un meilleur respect des droits de l'Homme en Colombie et au Pérou