DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

L'Egypte attend son président


Egypte

L'Egypte attend son président

C’est à leur réveil ce matin que les Egyptiens ont eu la mauvaise surprise d’apprendre que l’annonce des résultats officiels de la présidentielle, qui devait avoir lieu aujourd’hui, était finalement reportée à la fin de la semaine.

Un nouveau coup de force des militaires qui suscite méfiance et réserve dans la rue, quelques jours après la dissolution de l’Assemblée élue.

“Le conseil militaire a empiété sur les droits de l’organe législatif, en procédant à la dissolution de l’Assemblée. La Cour constitutionnelle donne des recommandations, et même si la décision était prise, il ne fallait pas les empêcher de travailler, mais les laisser continuer en attendant la tenue de nouvelles élections”, s’insurge cet habitant du Caire.

Officiellement, la junte promet de remettre les clés de l’exécutif au futur président avant la fin du mois. La secrétaire d‘état américaine Hillary Clinton en appelle au respect du processus démocratique.

“L’armée doit adopter un rôle approprié qui n’est pas celui d’interférer, de dominer ou d’essayer de corrompre l’autorité constitutionnelle. Elle doit faciliter la mise en place d’une constitution écrite. Elle a beaucoup de travail devant elle.”

Dans tous les cas de figure, la marge de manœuvre du futur président sera très limitée. Car la déclaration constitutionnelle promulguée en catimini par le Conseil Suprême des Forces Armées donne de très vastes prérogatives au pouvoir militaire.

Prochain article

monde

France : un binôme à la tête du groupe parlementaire écologiste