DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Zoom sur la France et ses ambitions européennes

Vous lisez:

Zoom sur la France et ses ambitions européennes

Taille du texte Aa Aa

Jeudi et vendredi prochain, l’Europe tiendra un sommet qu’on ose à peine qualifier une fois encore de crucial. Mais ce qui est sûr, c’est que la France est très attendue. Le nouveau président socialiste François Hollande viendra avec un plan censé remettre l’Europe sur les rails de la croissance. Certains l’attendent même en sauveur de l’euro. En voulant imposer ses remèdes anti-crise, la France espère aussi se mettre à l’abri de la contagion, car avec 5,2% de déficit, elle est loin d‘être le meilleur élève de la zone euro.

France: atouts et handicaps
 
 
La France, un beau pays, géographiquement bien placé, au carrefour des grands flux de l’Europe occidentale qui a pour voisins les principales puissances de l’Union Européenne. Equipée d’infrastructures de qualité. Un pays moderne, efficace, attirant, à la main-d’œuvre qualifiée. Elle a tout pour réussir, mais elle traîne des handicaps.
 
Et le premier d’entre eux est le manque de compétitivité. Son attractivité économique a chuté et se situe désormais derrière la Grande-Bretagne et l’Allemagne. Le pays enregistre le plus fort recul des parts de marché à l’export de la zone euro en 10 ans.
  
Premier constat, le poid des dépenses publiques est le plus élevé d’europe. 54,3% du PIB pour la période 2005-2010. La France dépense trop. La dette publique atteint 85,8% du PIB en 2011, un record.
 
L’endettement est devenu un mode de financement. La dette est triple, entre l’Etat, les collectivités locales et les administrations publiques, telles que la Sécurité sociale dont le “trou” pourrait atteindre 14 milliards cette année.
 
La désindustrialisation a été particulièrement rapide en France. Depuis 2008, 280 000 emplois ont été perdus soit 9,5% des effectifs. La part de l’industrie dans le PIB a reculé d’environ un tiers. Une évolution sans précédent qui constitue un handicap pour l’ensemble de l’économie.
 
Enfin, les coûts salariaux sont trop élevés en France. Et ils ont progressé très vite, +19% en 10 ans. Avec cette progression, la France se rapproche des coûts observés chez certains pays en difficulté de la zone euro, Italie, Portugal et Espagne.
 
En revanche, la population française a cru de 7,5% en 10 ans. C’est, avec l’Espagne et l’Irlande, l’une des démographies les plus dynamiques d’Europe.
2,01 enfants en moyenne par  femme,  beaucoup plus qu’en allemagne. Or une population en expansion est un atout pour la croissance à condition que l‘économie s’y adapte.
 
Et puis la productivité horaire du travail est plutôt élevée en France, au troisième rang européen, derrière l’Italie et l’Irlande et loin devant l’Allemagne. Bien, mais pas suffisant pour compenser la faible quantité de travail moyenne par habitant et des prix relativement élevé. Cela ne se ressent donc pas sur le pouvoir d’achat des français.
 
Objectif pour la France: rétablir l‘équilibre des finances publiques et prendre des mesures pour renforcer sa compétitivité. Ce qui doit forcément passer par une réforme du marché du travail.