DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Egypte : les défis du nouveau président


monde

Egypte : les défis du nouveau président

En Egypte, le président élu, Mohamed Morsi, s’est mis au travail dès ce lundi. Première tâche : constituer un gouvernement. Le plus difficile, ce ne sera sans doute pas de trouver les personnalités pour cette équipe, mais de parvenir à un équilibre avec le Conseil suprême des forces armées (CSFA). Les militaires ayant récemment dissous le Parlement, ils ont donc la main sur le pouvoir législatif.

Dans sa première allocution, hier, Mohamed Morsi s’est montré conciliant : “je serai le président de tous les Egyptiens à l’intérieur et à l’extérieur, tous les Egyptiens, musulmans et chrétiens”, a-t-il déclaré. Et de poursuivre : “l’Egypte a besoin aujourd’hui que nous soyons un peuple uni. La révolution va continuer jusqu‘à ce qu’elle atteigne ses objectifs.”

Reste qu‘à l’issue de cette présidentielle chaotique, la population est partagée. Certains des supporters d’Ahmed Chafiq, le rival de Morsi, ont du mal à accepter la défaite.

C’est la première fois depuis soixante ans que le chef de l’Etat égyptien n’est pas un militaire. Et c’est aussi cela que les Egyptiens ont fêté ce dimanche sur l’emblématique place Tahrir au Caire. “Je suis trés contente, dit une jeune femme. C’est un grand jour pour l’Egypte. Je n’ai pas de mots pour exprimer ma joie.”

“La victoire de Mohamed Morsi à l‘élection présidentielle ne représente pas forcément la fin de la crise politique en Egypte, souligne notre envoyé spécial au Caire Riad Mouasses. Elle ouvre un nouveau chapitre de confrontation avec le conseil militaire qui conserve encore le pouvoir législatif et une grande partie du pouvoir exécutif”.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

L'OTAN saisi de l'affaire de l'avion turc abattu