DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Dissensions entre Européens à la veille du sommet de Bruxelles

Vous lisez:

Dissensions entre Européens à la veille du sommet de Bruxelles

Taille du texte Aa Aa

A la veille de leur sommet à Bruxelles, les dirigeants européens restent divisés sur les remèdes à apporter à la crise. Ainsi, la chancelière allemande a redit hier son opposition aux euro-obligations. “Je n’accepterai jamais cela de mon vivant”, a-t-elle assuré. Le président français, lui, serait plutôt favorable à un tel système de mutualisation de la dette. François Hollande et Angela Merkel doivent se rencontrer en tête-à-tête ce mercredi soir.

Concernant les mesures de stimulation de la croissance, Paris, Rome, Berlin et Madrid se sont à peu près mis d’accord sur un pack qui sera présenté lors de ce sommet. Il s’agirait de mobiliser 130 milliards d’euros avec des fonds structurels européens encore disponibles et avec de l’argent de la Banque européenne d’investissement (BEI).

A Bruxelles, il sera aussi question des perspectives d’Union bancaire, l’idée étant de se prémunir des crises telles que celle rencontrée actuellement par l’Espagne. Ce mercredi, le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy a d’ailleurs dit combien son pays “(n’allait) pas pouvoir continuer longtemps à se financer” aux taux actuels. Il faut dire que les marchés demeurent inquiets de la situation des banques espagnoles, et ce, malgré l’offre d’aide de la zone euro. Mais là encore, sur cette question de l’union bancaire, les avis divergent, avec notamment l’Allemagne qui ne lâchera du lest que si elle obtient un plus grand contrôle sur les politiques budgétaires et la régulation bancaire des autres pays.