DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Sommet européen : entre urgence et besoin de voir loin

Vous lisez:

Sommet européen : entre urgence et besoin de voir loin

Taille du texte Aa Aa

Une fois encore, le sommet des 27 cristallise toutes les attentes. Et plus que jamais, son issue dépendra de la confrontation franco-allemande. François Hollande est au moins sûr d’avoir gagné sur un front. Il aura son pacte pour la croissance et l’emploi, d’une valeur d’environ 120 milliards d’euros, même si beaucoup doutent de son efficacité.
A plus long-terme, le débat est ouvert sur une plus grande intégration bancaire, budgétaire et politique.

“ Comme toujours dans ces sommets, au final, il y a un compromis entre le long et le court-terme, mais je suis optimiste “ , nous a confié le ministre finlandais des Affaires européennes Alexander Stubb. “ Je pense que c’est un Conseil européen important, je n’irai pas jusqu‘à dire historique, mais il est dans le top 5 des 30 que nous avons eu ces quatre dernières années, et je suis optimiste. “

Soumises à un pression intenable des marchés, l’Espagne et l’Italie réclament des mesures immédiates pour faire baisser leurs taux d’emprunts. Un moyen serait de permettre au fonds de secours de la zone euro d’acheter de la dette souveraine. Difficile à faire accepter par l’Allemagne.

“ Sur l’union bancaire, il semble qu’il y ait un certain degré de convergence, et c’est encourageant “ , estime le directeur de l’institut Bruegel Jean Pisani-Ferry. “ Sur les mesures de court-terme, il y a plus de divisions. Alors voyons quel compromis sera trouvé. “

Herman van Rompuy, le président du Conseil, propose de travailler à plus d’intégration en commançant par le secteur bancaire, avec une supervision qui basculerait au niveau supranational. Et l’Allemagne attend que la même logique s’applique à la politique budgétaire avant de parler d’euro-obligations.