DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Genève : accord relatif sur la transition politique en Syrie


Syrie

Genève : accord relatif sur la transition politique en Syrie

Un plan de transition politique de la Syrie a été adopté samedi à Genève par le Groupe d’action qui réunit notamment les cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies, l’Union européenne et des pays de la Ligue arabe. Sous la direction de l’ancien secrétaire général de l’ONU Kofi Annan.

Ce plan en six points prévoit la constitution d’un “gouvernement de transition doté des pleins pouvoirs exécutifs”, lequel “sera formé sur la base du consentement mutuel entre les parties”. “Tous les groupes et les segments de la société syrienne doivent pouvoir participer au processus de dialogue national”, précise encore le texte, qui mentionne une révision de la constitution et la tenue d‘élections libres et multipartites.

Au cours de la conférence de presse qui a suivi la réunion, la secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton a aussi jugé que la voie était désormais ouverte pour une ère post-Assad. “Assad doit partir”, a-t-elle déclaré. “Il doit quitter le pouvoir”, a de même affirmé le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius.

Mais sur ce point, la Russie comme la Chine ne sont toujours pas d’accord. “Ce document ne comporte aucune condition préliminaire pour que commence le processus de transition et un large dialogue national, alors, aucun groupe ne doit en être exclu”, a ainsi commenté le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov.

Kofi Annan a de son côté confié douter que les Syriens choisissent pour les diriger des personnes “qui ont du sang sur les mains”…

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

A l'Euro 2012, le marché noir s'active à l'approche de la finale