DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Quel avenir pour la Ligue du nord?


Italie

Quel avenir pour la Ligue du nord?

Dimanche, le parti séparatiste italien s’est trouvé un nouveau patron après la démission en avril de son chef historique, Umberto Bossi, emporté par une série de scandales. C’est l’ancien ministre de l’intérieur du gouvernement Berlusconi, Roberto Maroni qui prend les commandes. Un parti en perte de popularité et miné par les divisions internes, mais qui compte bien se relancer, notamment sur le front de la crise, qui fait fuir les riches entreprises du nord:

Roberto Cota, est président de la région du Piémont, et membre de la Ligue du nord : “Nos charges fiscales sont absolument intolérables et c’est la raison pour laquelle les entreprises s’en vont.. Le problème principal c’est de réduire le fardeau fiscal des entreprises pour les rendre compétitives dans notre pays.”

Les entreprises italiennes subissent une pression fiscale de près de 70 pourcent, le plus fort taux d’Europe. Et celles du nord de la péninsule en ont assez de payer au prix fort leur rôle de locomotive. Prônant le fédéralisme fiscal, voire le sécessionnisme, le parti estime que la crise de l’Europe est largement à due à des Etats membres trop centralisés.

“De nos jours, les Etats centraux ne sont pas en mesure de fournir des réponses, estime Roberto Cota. Et si ces réponses viennent des régions locales, les administrations centrales doivent l’accepter. J’ai une question : En quoi un entrepreneur du Piémont est il différent d’un bavarois? Pourquoi en Bavière, qui est dans l’Europe, existe t-il un système fiscal qui protège les sociétés? C’est un droit pour nous… “

Pendant plus de dix ans allié-clé de Silvio Berlusconi, dont le parti soutient le nouveau chef de gouvernement italien, la Ligue du nord est passée à l’opposition, et déterminé à récupèrer la confiance de ses troupes .

3.00 ends

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Norvège : dixième jour de grève dans le secteur pétrolier