DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les pratiques de Barclays : Mike Lloyds ne savait pas tout...

Vous lisez:

Les pratiques de Barclays : Mike Lloyds ne savait pas tout...

Taille du texte Aa Aa

L’histoire de Mike Lloyd nous éclaire sur les pratiques peu scrupuleuses de Barclays. Mike Lloyd a passé vingt ans avec son associé à construire une entreprise propriétaire d’une douzaine de pubs dans le sud de l’Angleterre. 20 années réduites en fumée avec la mise sous administration judiciaire de leur compagnie. La police d’assurance souscrite parallèlement au prêt contracté chez Barclays les a mis sur la paille.

“Les pénalités de remboursement sur les intérêts, représentaient 300.000 livres sterling par an, explique Mike Lloyd et ça a duré pendant plus de trois ans. Donc en fait ça nous a coûté un millions de livres en pénalités”.

Barclays avait oublié de dire à Mike Lloyd que si les taux d’intérêt baissaient, les primes d’assurances augmentaient. Tout simplement.

“Il doit y avoir beaucoup de personnes travaillant dans l’industrie bancaire qui se savent honnêtes et qui ont le sentiment aujourd’hui d’avoir été trahies par quelques uns de leurs collègues et leurs supérieurs. Ce que j’espère, a ajouté Mervyn King, gouverneur de la Banque d’Angleterre, c’est que tout le monde comprend maintenant que quelque chose va de travers dans l’industrie bancaire du Royaume Uni et nous devons la remettre dans le droit chemin”.

On rejoint avec cet exemple les pratiques de ventes de crédits “subprimes” aux Etats Unis. Pratiques qui ont encore cours malheureusement et pas seulement en Grande Bretagne