DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Les critiques de Chypre à l'égard des plans d'aide européens


Chypre

Les critiques de Chypre à l'égard des plans d'aide européens

Il n’y a “rien de mal” à chercher de l’aide ailleurs que dans l’UE, selon Chypre, qui, prenant tout juste les rennes du Conseil de l’Union européenne, a demandé un prêt de 5 milliards d’euros à Moscou pour soulager son secteur bancaire.

Les conditionalités des plans d’aide russes sont bien moins contraignantes que celles de l’UE et du FMI, a ajouté le président chypriote Demetris Christofias, assimilant le comportement de ces institutions lors de la crise grecque à celui d’une “force coloniale”.

Argument peu diplomatique, à l’heure où l’UE doit être unie pour relever de graves défis économiques dont le président de la Commission, José Manuel Barroso, rappelle les priorités :

“Le statu quo n’est pas une option, nous nous devons de mener ensemble des réformes. Un des points clés pour la présidence sera de progresser sur la proposition, formulée par la Commission, d’Union bancaire dans l’eurozone; soit le fait de superviser les banques européennes, de protéger les versements bancaires des citoyens, cette gestion des banques en difficultés a des répercussions sur nos concitoyens.”

Le président chypriote Christofias s’est donné comme objectif de « créer une Europe meilleure », proposant de répartir la dette et de s’appuyer sur les forces de la communauté.

Son pays reste dans le même temps sévèrement affecté par la crise de la dette grecque, avec un déficit budgétaire qui dépasse les 6%.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

L'hommage de la Turquie à ses pilotes