DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les JO de Londres, une bonne affaire?

Vous lisez:

Les JO de Londres, une bonne affaire?

Taille du texte Aa Aa

Parée des anneaux Olympiques, Londres et son symbolique Tower Bridge s’apprêtent à accueillir des nuées de spectateurs pour les JO, événement dont on guette aussi, récession oblige, les retombées financières.

Si le budget des Jeux s‘établit à 11.7 milliards d’euros, dont une large part a été investie dans les infrastructures sportives, le Premier ministre britannique David Cameron avance que l’opération rapportera plus de 16 milliards d’euros…
Une bouffée d’optimisme, que vient nuancer le porte-parole de l’agence Moody’s Colin Ellis :

“Il va y avoir des effets compensatoires, car les personnes qui affluent habituellement à Londres vont éviter cet événement. Et puis il se pourrait aussi que les affaires soient plus ou moins perturbées, et que cela affecte l‘économie locale.”

Point focal des investissements réalisés : Stratford, banlieue populaire au nord-est de Londres, où a notamment été érigé le Parc olympique. Un paysage en mutation, où Westfield Center, le plus grand centre commercial d’Europe est sorti de terre récemment.

“La fièvre Olympique n’a pas encore gagné Stratford, qui est encore partiellement en chantiercommente Veronika Kormeier, reporter pour Euronews.
Bien que le site Olympique soit impressionnant, les résidents, ici, craignent les effets des jeux sur leur vie quotidienne.”

Avec ses artères qui ont fait neuve, ses habitants parfois contraints de quitter leur logement pour cause de loyer soudainement exorbitant, Stratford préserve toutefois un semblant de vie quotidienne, entre doutes, et amertume quant à l’imminence des Jeux.

“Bon, je ne me réjouis pas tellement personnellement avance Ronald Harvey, un poissonnier âgé de 80 ans. Je pense que ça va nous déranger, ça va peut-être emmener un peu d’activité par ici, mais ça va aussi semer la pagaille, c’est sûr.”

“Je n’ai pas eu de tickets parce que je suis du quartier – je n’habite pas dans le quartier mais j’y travaille- donc je suis un peu contrarié. Je connais des gens en Australie qui ont reçu des tickets, donc ils vont venir, et nous on n’a rien reçu.”

Malgré l’annonce d’embellie économique par le gouvernement, l’euphorie sembler peiner à se propager à Stratford, à 3 semaine du coup d’envoi des JO.