DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Ramadan durant les JO de Londres : un quart des athlètes concernés

Vous lisez:

Ramadan durant les JO de Londres : un quart des athlètes concernés

Taille du texte Aa Aa

Jeûner ou ne pas jeûner : telle est la question pour des milliers de sportifs musulmans qui concourent à partir du 27 juillet aux Jeux Olympiques de Londres.

Et elle se pose au coeur même de l‘équipe nationale britannique d’aviron. L’un de ses membres : Mohamed Sbihi est déjà fixé : “la décision a été prise très tôt et je ne jeûnerai pas. C’est une décision personnelle que j’ai prise en accord avec ma famille et ensuite j’en ai informé mes entraineurs.”

Environ 25% des athlètes sont potentiellement concernés. A Londres, où la période de jeûne durera plus de douze heures, des aménagements logistiques ont été prévus pour ceux qui désirent tout de même respecter la tradition musulmane.

Ossemah Masoud, champion olympique du triple saut : “C’est normal. On l’a déjà fait en 2008. J’ai participé aux Jeux durant le Ramadan et je n’ai pas eu de problème. On peut tout a fait concourir même si on jeûne.”

Pour épauler leurs athlètes, la plupart des Comités nationaux olympiques concernés ont établi des cellules d’aide et de conseil. Mais certains ont décidé de reporter leur mois de jeûne après la compétition.

Maher Abu Rmeileh, le premier judoka Palestinien a concourir aux Jeux, estime que “le sport n’est pas affecté par le jeûne, le Ramadan ou ce genre de choses. Le sport reste le sport quelque soit la saison ou le mois durant lequel on le pratique. Il faut être prêt et cela n’a pas d’importance si c’est Ramadan ou pas.”

Car au final les convictions religieuses restent une affaire personnelle et le CIO a été ferme sur la question malgré les protestations de certains comités nationaux : la laïcité avant tout.