DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

A chaque coup de pédale, des secondes de moins en prison

Vous lisez:

A chaque coup de pédale, des secondes de moins en prison

Taille du texte Aa Aa

Ils pédalent pour la liberté, ces prisonniers brésiliens. De neuf heures du matin à cinq heures de l’après-midi, Ronaldo s’acharne sur son vélo, pour alimenter un générateur, et fournir de l‘électricité à la ville. Et plus il pédale, plus vite il sera libéré : “Ici, en pédalant, on se sent plus important et plus utile, dit Ronaldo Silva, et puis aussi, de mieux en mieux, jour après jour.”

L’objectif du directeur, c’est de réduire la récidive, et restaurer l’estime de soi :

“Mais l’idée, rajoute Gilson Rafael Silva, c’est aussi qu’il fassent de l’exercice, perdent du poids, et en même temps c’est bénéfique pour eux parce que pour trois jours de pédalage, ils gagnent un jour de remise de peine.”

A la nuit tombée, un gardien de prison descend les batteries dans la rue, et quelques minutes plus tard, les 10 lampadaires s’allument. Comme une lueur d’espoir, vers la liberté.