DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Coup de massue à Aulnay : "fermer une usine comme celle-là est incompréhensible"


France

Coup de massue à Aulnay : "fermer une usine comme celle-là est incompréhensible"

La colère, la tristesse, la déception et la peur ont envahi le site de Peugeot Citroën d’Aulnay-sous-Bois. L’usine, qui est passée en 5 ans de 7000 à 3000 salariés, est l’un des plus gros employeurs de Seine-Saint-Denis, en région parisienne. L’annonce de sa prochaine fermeture est un coup de massue en pleine période de vacances.

“Toute ma vie je l’ai passée dans cette usine à faire des milliers d’heures supplémentaires, des centaines de samedis, souligne un des salariés. On s’est battu pour les clients, pour la qualité. Et puis, fermer une usine comme celle là c’est incompréhensible… Mon petit-fils, mes neveux espéraient travailler ici. Ils habitent dans la région parisienne et ils sont en train de finir leur école. Et il n’y aura plus rien parce qu’il n’y a pas qu’Aulnay qui va fermer, il y a toutes les petites entreprises qui travaillent pour Aulnay.”

D’autres réalisent que cette annonce les jette dans le flou, comme cette femme. “J’habite dans l’Oise, à 50km d’ici. Ça veut dire: ou je déménage, ou je me trouve un autre travail. Ça veut dire vendre la maison, ça veut dire prévoir comment élever les enfants. Ça représente beaucoup de questions en fait, mais on a pas beaucoup de réponses. Donc, pour passer des vacances ça va être super.”

“Moi personnellement je ne me fais pas de soucis. J’ai commencé à travailler jeune, j’ai déjà un certain âge. Pour moi ça ne va pas poser trop de problèmes, mais mes collègues qui sont moins âgés que moi, surtout ceux qui vont se retrouver sur le marché du travail, ça va être très dur pour eux.”

Des salariés appellent déjà à la résistance et veulent mobiliser non seulement les autres sites de PSA Peugeot Citroën, mais aussi tous les salariés victimes de plans sociaux en France.

Avec AFP et notre correspondant

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Les retraités grecs sont à bout