DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La femme à l'honneur olympique

Vous lisez:

La femme à l'honneur olympique

Taille du texte Aa Aa

Dans toute l’histoire olympique, seuls trois pays n’avaient jamais envoyé de femmes dans leurs délégations. Après Londres, il n’y en aura plus aucun.

Le Qatar, Brunei et, aujourd’hui, l’Arabie Saoudite ont fait un grand pas ces dernières semaines en autorisant certaines athlètes à se rendre au Royaume-Uni.

Jacques Rogge, le président du CIO s’en félicite:
“C’est une nouvelle très importante parce que c’est un droit, les femmes ont le droit de pratiquer un sport, elles aiment le sport, elles sont attirées par le sport et nous devons nous assurer qu’aucune barrière ne vient les en empêcher.”

L’Arabie Saoudite enverra deux jeunes femmes à Londres dont Sarah Attar, engagée sur le 800m.

“C’est un honneur pour moi d‘être l’une des deux premières femmes d’Arabie Saoudite à participer au JO. J’espère que je vais pouvoir permettre aux femmes de mon pays d‘être encore plus impliquées dans le sport” explique Sarah Attar.

Le 2 juillet dernier, le prince Faysal responsable du sport saoudien affirmait que les participantes devraient être habillées selon les normes de la loi islamique, qu’elles devraient obtenir l’accord d’un proche parent et que ce dernier les accompagne, et que la non-mixité soit respectée pendant la compétition.