DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

PSA Peugeot Citroën: le ministre du Redressement productif soulève nombre de questions


France

PSA Peugeot Citroën: le ministre du Redressement productif soulève nombre de questions

Un ¨séisme, un “choc”: des mots répétés hier en France après l’annonce par PSA Peugeot Citroën de la suppression de 8000 emplois et de la fermeture de l’usine d’Aulnay-sous-Bois en 2014. Le patron du groupe a été prié par le chef du gouvernement d‘étudier “toutes les alternatives”.

Le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, a soulevé nombre de questions hier sur France 2: “pourquoi, l’année dernière, Peugeot a distribué 250 millions de dividendes à ces actionnaires et le gouvernment, nos prédécesseurs, ont laissé faire? Pourquoi Peugeot a racheté ses propres actions pour 199 millions l’année dernière? C’est de l’utilisation non pas pour l’investissement, pour l’amélioration de la compétitivité, mais ce sont des opérations financières de convenance, de confort. Ce sont des questions qu’il va falloir maintenant tirer au clair.”

Ebranlé depuis l‘été dernier par une chute des ventes en Europe, PSA Peugeot Citroën a mis en avant des pertes au premier semestre.
Le gouvernement présentera le 25 juillet un plan pour aider la filière automobile.

Avec AFP et Reuters

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Le PDG d'Opel démissionne