DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Femme et anglophone, double révolution à la tête de l'UA

Vous lisez:

Femme et anglophone, double révolution à la tête de l'UA

Taille du texte Aa Aa

Deux changements, et pas des moindres, au sein de l’Union Africaine. Une femme,
Nkosazana Dlamini-Zuma, a été élue dimanche soir présidente de la commission de l’UA, après quatre tours d’un scrutin très disputé.

Autre fait notable : pour la première fois depuis la création de l’institution en 2002, ce n’est pas une personnalité francophone mais anglophone qui hérite du siège suprême.

“Maintenant nous avons le président de la Commission de l’Union africaine, madame Zuma, qui va prendre la destinée de cette institution qui est désormais opérationnelle. Vous savez bien que nous en avons besoin, commente Boni Yayi,
chef d‘état béninois et président en exercice de l’Union Africaine.”

Et celle qui fut un temps l‘épouse de l’actuel président sud-africain ne devrait en effet pas vraiment trouver le temps long, au regard de la situation politique très fragile que traversent notamment le Mali ou le Soudan.

Préférée au Gabonais Jean Ping candidat à sa propre succession, “la dame de fer de Pretoria”, comme on la surnomme parfois, est présentée comme une femme de poigne efficace mais austère, et qui sait aller droit au but.