DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Médecine : l'hypnose met les pieds dans les salles d'opération

Vous lisez:

Médecine : l'hypnose met les pieds dans les salles d'opération

Taille du texte Aa Aa

Pauline a 27 ans. Elle voudrait mettre un terme aux petites addictions qui l’empêchent de vivre pleinement : les fringales, l’alcool et surtout la cigarette.
Pauline a donc décidé de tenter l’hypnose.

Direction le cabinet du docteur Jean-Marc Benhaïem. Le médecin place lentement Pauline dans un état second. Objectif : atteindre son inconscient pour la libérer de l’emprise du tabac.
Le stylo qu’elle a dans la main symbolise la cigarette.

Quinze jours plus tard, Pauline fume de moins en moins.
Selon les études, l’hypnose médicale favorise l’arrêt du tabac dans 35% des cas.

Jean-Marc Benhaïem, thérapeute :
“ Comme ces techniques d’hypnose sont très efficaces et peuvent vraiment aider, elles attirent toutes sortes de personnes qui ne sont pas des professionnels de la santé.”

A l’hôpital Saint-Joseph à Paris, on va encore plus loin dans la pratique de l’hypnose, jusque dans les salles d’opération

L’hypnose est utilisée pendant la phase pré-opératoire et vient en complément de l’anesthésie locale.

Samy Anidjar, chirurgien vasculaire :
“ Pour nous c’est un confort le fait que le patient ne s’agace pas, ne s’impatiente pas, ne bouge pas, ne ressente pas de petites douleurs. Pour nous c’est un véritable confort. L’intervention se déroule comme si on était sous anesthésie générale.”

L’hypnose est reconnue depuis des années, mais jusqu‘à présent ses applications médicales en étaient limitées. Aujourd’hui, même les dentistes font appel à l’hypno-thérapie. En France, l’hypnose est désormais enseignée en cours complémentaire à la Fac de médecine.