DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Dix grands moments de l’olympisme

Vous lisez:

Dix grands moments de l’olympisme

Taille du texte Aa Aa

Nous avons toutes et tous en tête des images, des souvenirs des Jeux Olympiques. Performances sportives exceptionnelles, moments chargés d’émotion ou gestes d’une portée symbolique sans commune mesure, nous avons été les témoins de ces instants qui marquent depuis notre histoire.

euronews vous propose un retour sur dix grands épisodes de l’histoire des Jeux Olympiques.

1968 : Bob Beamon ou le saut du siècle

A Mexico, à plus de 2000 mètres d’altitude, l’air est plus rare. Pour les athlètes, la désignation de la capitale mexicaine comme ville hôte des Jeux de 1968 a été une très bonne nouvelle. Une baisse de la densité d’air favorise la pratique sportive par une diminution de la résistance à l’avancement, bien que moins d’air, donc d’oxygène, signifie également moins d’énergie pour l’organisme. Dans ces conditions, l’américain Bob Beamon « explose » le précédent record du saut en longueur de plus de 50 cm. Après ce saut incroyable, le nouveau record est de 8,90 mètres. Il tiendra jusqu’en 1991.

2008 : la « fusée » Bolt

Sur la piste du stade olympique de Pékin, tous les projecteurs sont braqués sur Usain Bolt. Le jamaïcain est la star incontestée des Jeux 2008. Il remporte l’or olympique sur les 100m, 200m et sur le 4×100m, tout en établissant, à chaque fois, un nouveau record mondial. Sur le 100m, qu’il termine en 9,68 s, il donne même l’impression de se relâcher sur les derniers mètres. Quelle surprise nous réservera-t-il à Londres ?

1996 : Michael Johnson « atomise » le record du monde du 200m

A Atlanta, l’américain Michael Johnson se couvre d’or sur les 200m et 400m. Sa performance sur le 200m frappe les esprits. Il « claque » un nouveau record en 19s32. Plus tôt la même année, lors des sélections olympiques américaines, il avait déjà battu le vieux record de 19s72 établit par l’Italien Pietro Mennea en 1979.

1972 : Olga Korbut révolutionne la gymnastique

Quatre ans avant les exploits de Nadia Comaneci, le monde s’enflamme déjà pour une gymnaste. La jeune russe, tout en grâce et légèreté, réalise un concours aux barres asymétriques aux frontières du réel et de la gravité. Son corps semble doué d’une intelligence supérieure. Le public médusé attend que les juges rendent leur verdict. Il tombe : 9.8. Scandale dans la selle, qui réclame le 10 sur 10. Depuis, certaines figures portent son nom.

1984 : Carl Lewis dans les pas de Jesse Owens

Lorsque Carl Lewis rend les crampons, l’Américain dispose d’un des plus beau palmarès de l’athlétisme aux JO : neuf médailles d’or et une médaille d’argent . En 1984, à Los Angeles, il réitère l’exploit accompli par son compatriote Jesse Owens en 1968 à Mexico. Comme son illustre prédécesseur, Il remporte les 100m, 200m, 4×100m et le saut en longueur. Ci-dessous la vidéo de son 100m.

2008: Phelps ou la course à l’or

En 2000 à Sydney, Michael Phelps décroche six médailles d’or et deux médailles d’argent. Un bilan pas assez satisfaisant pour l’Américain. Pour les JO de Pékin, il se fixe donc l’objectif fou de remporter l’or dans les huit épreuves où il s’aligne. Un pari fou, mais pas insensé, puisqu’il atteint son objectif. De justesse pour certaines courses. Dans le 200m papillon, par exemple, il ne s’impose qu’avec une avance minuscule d’un centième de seconde (voir vidéo ci-dessous). Phelps : le geste et la parole !

2000 : « cinq à la suite », pour Steve Redgrave

Devenir champion olympique d’aviron requiert un entrainement exigent et rigoureux. Devenir champion olympique d’aviron cinq fois de suite requiert un entrainement exigent et rigoureux qui pousse le corps dans ses derniers retranchements pendant pratiquement 20 ans. Le rameur britannique Steve Redgrave a réalisé cet exploit. Il débute sa moisson d’or à Los Angeles en 1984. A Sydney en 2000, alors qu’il avait déclaré quatre ans auparavant dans une interview « qu’il fallait l’abattre si on le trouvait près d’un bateau », Redgrave remporte sa cinquième et dernière médaille.

1972 : Mark Spitz affole les compteurs

Mark Spitz ou le Phelps des années 70. Il reste à ce jour un des plus grands nageurs de l’histoire. En 1972, à Munich, il remporte sept médailles d’or en établissant un nouveau record du monde pour chacune de ses victoires.

1992 : une Afrique unie

En 1992, l’Afrique du Sud fait son grand retour aux Jeux Olympiques. Un an auparavant, le pays a aboli le système inique de l’apartheid. Lors de la finale du 10 000m des Jeux de Barcelone, l’Ethiopienne Derartu Tulu réalise un geste magnifique. Après avoir remporté la médaille d’or, sur la ligne d’arrivée, elle se jette dans les bras de la Sud-Africaine blanche Elana Meyer qui termine seconde. Main dans la main, elles réalisent un tour d’honneur en forme de rédemption pour l’Afrique du sud et d’espoir pour tout le continent.