DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Espagne : de plus en plus de sans abri

Vous lisez:

Espagne : de plus en plus de sans abri

Taille du texte Aa Aa

L’Espagne s’enfonce chaque jour un peu plus dans la crise. Et pour de nombreux espagnols, le cercle vicieux a commencé: Perte d’emploi, plus de 24% de chômeurs, plus d’argent pour payer le loyer et pour certains, la rue. Selon l’organisation
Caritas, ils seraient 30 000 sans abri. C’est le cas de la famille Jimenez. Il y a un mois, ils avaient encore un appartement dans le quartier Hortaleza de Madrid. Aujourd’hui, ils campent tout près.

“C’est notre maison maintenant, nous vivions là- bas, mais on a été saisis, alors on s’est installé comme ça” dit Esther.

Esther est sans emploi, Juaquin le père réparait des voitures avant la crise. Plus possible aujourd’hui. Les Jimenez ont quatre filles. L’ainée a 17 ans et se rend bien compte de la situation, les petites n’en sont pas trop conscientes.

“C’est la honte, dit Juaquin. Les deux plus jeunes regardent çà comme s’il s’agissait d’une sorte de jeu, un jeu ou l’on va d’une maison à l’autre…”

Esther montre l’ancien appartement. Toutes leurs affaires sont restées là. Ils n’ont nul part ou les entreposer. L’appartement a été muré après l’expulsion. La famille survit avec 540 euros donnés par la municipalité. Et aucune autre aide :

“L’assistante sociale ne me dit pas grand chose, sinon que si mes enfants restent ici avec moi, ils me les enlèveront. C’est tout ce qu’ils ont dit” explique Esther.

Dans leur malheur, les Jimenez ont la chance d’avoir un beau frère qui vit à proximité. L’entraide familiale sauve au moins leur dignité. Chez lui, ils peuvent se laver, cuisiner et deux des filles dorment là.

A la nuit tombée, les habitants du quartier se retrouvent dans la rue, certains ont pu garder leur appartement, d’autres non et personne n’a les moyens d’aider les Jimenez. Un appartement ici se loue autour de 1000 euros.

Juaquin espère trouver une issue : “Nous devons tenir aussi longtemps que nécessaire ou sinon, j’entrerai en force dans un appartement, et je verrai à ce moment là pour les formalités…

L’hiver c’est vraiment dur, et je n’ai aucun moyen, pas d’argent, Nous sommes en Espagne et tout le monde clame qu’on a droit à un logement décent, et ça ne se voit pas…”

Près d’un quart des ménages espagnols vivent actuellement au-dessous du seuil de pauvreté.