DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Lutte contre le blanchiment: le Vatican en progrès, mais peut mieux faire

Vous lisez:

Lutte contre le blanchiment: le Vatican en progrès, mais peut mieux faire

Taille du texte Aa Aa

Les procédures contre le blanchiment d’argent sale ont été nettement améliorées ces derniers mois au Vatican, mais des progrès restent à faire, notamment pour renforcer le contrôle sur la “Banque du Vatican”, ont estimé mercredi des experts du Conseil de l’Europe.

“Le Saint-Siège a beaucoup progressé en très peu de temps”, indiquent les experts de Moneyval, l’organisme spécialisé de l’institution paneuropéenne. “Bon nombre des éléments d’un régime” de lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme “sont désormais formellement en place”.

“Toutefois, il reste encore d’autres problématiques importantes à traiter pour justifier qu’un régime pleinement effectif a été instauré dans la pratique”, ajoutent les experts, dans leur rapport réalisé à partir d’une inspection sur place en novembre 2011, et de la nouvelle législation entrée en vigueur en janvier dernier.

Sur les seize “recommandations fondamentales” en matière de lutte contre le recyclage d’argent sale, neuf ont été validées comme “conformes” ou “largement conformes”, a précisé le Conseil de l’Europe, et sept comme “partiellement conformes” ou “non conformes”.

Le blanchiment de capitaux est désormais “pleinement incriminé”, mais l’efficacité de cette mesure “reste à démontrer”, relativisent les experts, qui “recommandent fortement” que l’Institut pour les œuvres de religion (IOR), communément appelée la banque du pape, soit placée sous supervision indépendante.

Parmi les recommandations fondamentales jugées “non conformes”, les experts pointent les manquements de l’“autorité d’information financière” (AIF), créée pour mieux traquer les mouvements bancaires suspects.

Le rôle, la responsabilité et l’indépendance de cet organisme créé fin 2010 par le pape Benoît XVI ne sont pas suffisamment clairement définis, et l’AIF n’a pas assez de pouvoir de sanctions, déplorent-ils.

Les experts de Moneyval estiment également “non conformes” les procédures vaticanes visant à geler et confisquer les biens issus du terrorisme.

Cette inspection européenne a été sollicitée par le Vatican lui-même, conformément à la volonté de transparence voulue par Benoît XVI.

Ce test est le premier pas pour ensuite être éventuellement accepté dans la “liste blanche” (“White list”) des Etats transparents.

A travers l’IOR, transitent les dons destinés aux Eglises dans 150 pays du monde. Les congrégations et les religieux y ont 33.000 comptes.

Dans le passé, des fonds suspects recyclés, notamment de la mafia, sont passés par l’IOR, donnant lieu à des scandales retentissants.

(AFP)

Plus d’informations sur le site web du Conseil de l’Europe