DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Un an après la tuerie, la Norvège se souvient


Norvège

Un an après la tuerie, la Norvège se souvient

Rassemblements, dépôts de gerbe, et office religieux : la Norvège a rendu hommage ce dimanche aux 77 victimes de la folle échappée d’Anders Behring Breivik. Un an après exactement, le Premier ministre Jens Stoltenberg a donné à Oslo le coup d’envoi des cérémonies commémoratives, accompagné du roi Harald, de la reine Sonja et de nombreux responsables politiques.

Il a tenu à souligner que l’objectif du tueur n’avait pas été atteint.

“ Il est important de revenir à une vie normale car nous voulons montrer que notre société peut faire face à une telle attaque dont le but était de changer la Norvège. Il n’y est pas parvenu, a déclaré le chef du gouvernement. La société norvégienne est même devenue plus forte. La confiance et l’ouverture s’en sont trouvées renforcées et nous ne nous sommes pas repliés sur nous-mêmes. “

Puis, un service religieux emprunt d’une grande émotion a été célébré en la cathédrale d’Oslo. Plusieurs proches des victimes ont pu témoigner. Des centaines de personnes avaient auparavant fleuri le parvis de l‘édifice.

Sur l‘île d’Utoeya, là où 69 personnes ont été tuées, les familles des défunts ont chacune observé un moment de recueillement intime à l’endroit où le corps de leur enfant, frère, soeur ou parent a été retrouvé.

“Nous tous qui avons perdu un être cher savons qu’un an après, il est très important de nous poser un instant, de nous souvenir de ceux que nous avons perdus, a affirmé une participante aux commémorations. Ce qui s’est passé ici est tellement grave, il y a eu tellement de personnes touchées qu’il est primordial de se rassembler pour ressentir cette solidarité et cet amour entre nous.”

Anders Behring Breivik sera fixé sur son sort le 24 août, deux mois après la fin de son procès. Quel que soit le verdict, les Norvégiens n’oublierons pas ce jour où leur société réputée si paisible était frappée en plein coeur.

Prochain article

monde

Syrie : combats pour contrôler les postes-frontières