DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le boom du e-commerce dans la campagne suédoise

Vous lisez:

Le boom du e-commerce dans la campagne suédoise

Taille du texte Aa Aa

Marika Bonde a réalisé son rêve.
Il y a trois ans, cette ancienne hôtesse de l’air de 45 ans a créé avec son compagnon Tomas son entreprise : un site internet qui commercialise des articles de fête.
Cette année, Marika, qui a eu la bonne idée de surfer sur la mode des piniatas en Suéde, table sur 500 000€ de chiffre d’affaire, soit 20% de plus qu’en 2011. Elle prévoit d’embaucher très bientôt son premier salarié.
Mais surtout Marika est heureuse. Elle vit dans sa campagne Suédoise, loin du tumulute des grandes villes :
“J’adore la campagne, dit-elle. Et le e-commerce m’a permis de m’y installer tout en travaillant. C’est ici que j’aime me retrouver!”

L’entreprise de Marika est née grâce à e-factory.
Ce projet, initié par la région d’Uppsala entre 2008 et 2010, a recu l’un des prix européens de l’esprit d’entreprise de la Commission Européenne, et a permis la création de 200 entreprises de e-commerce semblables à celle de Marika.
La moitié d’entre elles sont encore en vie.
Dans le cas de Marika, e-factory a notemment développé la plate-forme du site internet.

“E-factory nous a aidé à prendre confiance en tant qu’entrepreneurs, explique-t-elle. Et ils ont cru en notre projet. Ils nous ont également aidé dans la recherche de financement.
Ils nous ont mis en relation avec les bons interlocuteurs du e-commerce, car nous, on avait aucune expérience…”

Aujourd’hui, Marika continue de travailler avec l’ancien directeur de projet de e-factory : Leo Padazakos.
Cet entrepreneur grec vit en Suède depuis 8 ans. Véritable passionné de l’entrepreunariat en milieu rural, Léo travaille sur d’autres moyens de booster ce type d’activité.

“Une des manières d’aider les entrepreneurs, avance-t-il, c’est le financement participatif (crowd funding). Cela signifie que plusieurs personnes investissent de petites sommes pour financer leurs projets locaux.”

“La clé du succès, résume Marika, c’est de croire en votre idée. Alors n’abandonnez pas et trouvez le bon partenaire!”.