DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Terminus pour France Soir : liquidation judiciaire du quotidien

Vous lisez:

Terminus pour France Soir : liquidation judiciaire du quotidien

Taille du texte Aa Aa

Le 23 juillet 2012 la sentence tombe : le Tribunal de commerce de Paris prononce la liquidation judiciaire de France Soir. Le quotidien avait cessé son édition papier en décembre.
La version 100% numérique du journal était son dernier espoir. En effet, les dettes accumulées par son propriétaire Alexandre Pougatchev, un fils d’oligarque russe, ont poussé le journal à sa perte.

Depuis le rachat en 2009 par le jeune homme, près d’une centaine de millions d’euros dont dix en aides publiques ont été dépensé pour des campagnes de publicité radiotélévisée, des réceptions luxueuses et des bureaux sur les Champs-Elysées. Le site de France Soir connaît alors un franc succès. De nombreux internautes se fidélisent à la version internet et beaucoup découvrent l’existence de ce quotidien grâce au site.

“On a fait des performances incroyables pour le petit site […] si seulement on nous laissait un temps de vie supplémentaire pour poursuivre la grande aventure de France soir” a déclaré le rédacteur en chef Dominique Montvalon.

Le Tribunal de Commerce a refusé l’offre en lice pour la reprise du journal. La seule retenue était celle de Robert Lafont, PDG de Lafont Presse. Deux autres propositions de Cards off, une société de paiement spécialisée dans le e-commerce et celle de l’ancien propriétaire du journal, Jean-Pierre Brunois entre 2006 et 2009 n’ont pas été retenu par les salariés.

En conséquence, le journal fondé en 1944 par Pierre Lazareff se retrouve en liquidation de près de 70 ans d’histoire et est face à un échec cuisant d’une relance par internet.

Le site francesoir.fr titrait lundi 23 un simple “Merci” à ses internautes. Pour les salariés cette liquidation est inattendue ; son officialisation n’en est pas moins cruelle.
“France Soir, grand journal issu de la résistance meurt dans l’indifférence” affirme Stéphane Paturey, le secrétaire général du comité d’entreprise du titre.

À partir de novembre 1944, France Soir remplace Défense de la France, avec Pierre Lazareff comme directeur de la rédaction. Après l’âge d’or des années 50 et 60, comme lors de la mort du Général De Gaulle où le quotidien vends plus de 2.264.000 exemplaires, France Soir ne cesse plus de perdre de l’argent et des lecteurs jusqu’à cette liquidation judiciaire qui met un terme à l’aventure du journal.

Dès l’annonce de la décision du Tribunal, l’informatiom est très vite relayée par les médias :