DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Usa : une culture des armes intouchable

Vous lisez:

Usa : une culture des armes intouchable

Taille du texte Aa Aa

La fusillade d’Aurora, qui a fait 12 morts et 58
blessés vendredi dernier est la énième tragédie
provoquée par les armes à feu aux Etats-Unis. Une violence qui fait trente mille morts chaque année dans ce pays, selon le Violence Policy Center.

Paradoxalement, la tuerie du cinéma a propulsé les demandes de permis de port d’armes dans l’Etat de Colorado. En une semaine on est passé de 900 à
1 200 demandes, selon les autorités.

Ce marchand d’armes en témoigne : “Quand je suis arrivé le lendemain à la boutique, il y avait environ 15 personnes qui attendaient “ dit-il.

Le premier réflexe pour cet homme, s’armer : “La tuerie m’a ouvert les yeux… “ justifie David Soder.

Le port d’armes est un droit reconnu par le deuxième amendement de la Constitution américaine, et une culture fortement enracinée.

En 1977, 54% des foyers américains en possédaient,
32% en 2010. Or cette baisse est trompeuse car le nombre d’armes en circulation est toujours estimé entre 200 millions et 300 millions pour une population de 314 millions.

Moins de porteurs d’armes, mais ceux-là détiennent plus d’armes. James Holmes illustre cette tendance vu l’arsenal qu’il avait chez lui et qu’il portait lors de l’assaut : Deux pistolets de la marque Glock, un fusil Remington, et une mitraillette Smith and Wesson.

Le drame n’a pas vraiment déclenché un débat dans la campagne électorale sur les lois limitant les armes à feu. Lors de sa visite à Aurora, le président Obama a contourné le sujet : “J’espère que dans les prochains jours, les prochaines semaines, les prochains mois, nous allons tous réfléchir sur la façon de lutter contre cette violence insensée qui salit ce pays…”

Son adversaire, le républicain Mit Romney ne cache pas son intention d’attirer les voix des 4,3 millions d’adhérents du National Rifle Association, comme ici en avril dernier : “Nous avons besoin d’un président qui défende les droits des chasseurs, et de ce ceux qui veulent protèger leur foyer et leur famille. Le président Obama ne le fait pas, moi si….”

Rendre ces tragédies moins fréquentes sans une législation plus restrictive sur les armes à feu semble plus près de la chimère que d’un vrai programme politique.