DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La crise politique roumaine : mode d'emploi

Vous lisez:

La crise politique roumaine : mode d'emploi

Taille du texte Aa Aa

6 juillet 2012, Traian Basescu est seul. Le parlement vote à une large majorité en faveur de la destitution du président de centre-droit dont l‘épilogue se joue ce dimanche par référendum.

Tout a commencé quelques mois plus tôt. Le 27 avril, le gouvernement de centre-droit au pouvoir chute sur une motion de censure déposée par l’opposition de centre-gauche regroupant notamment les sociaux-démocrates et les libéraux.

Traian Basescu désigne l’opposant Victor Ponta comme nouveau Premier ministre.

Le 7 mai, le gouvernement de Victor Ponta obtient la confiance du parlement et il prête serment avec ses ministres devant Traian Basescu. C’est le coup d’envoi d’une lutte politique sans merci entre les deux dirigeants.

Le 12 juin, Victor Ponta demande au parlement de le mandater pour représenter la Roumanie aux sommets européens. La Cour constitutionnelle rappelle pourtant que cela relève bien des prérogatives du président Basescu.

Les manifestations se multiplient contre les atteintes à l’Etat de droit mises en oeuvre par le gouvernement Ponta. A Bruxelles, les autorités européennes s’inquiètent et somme Ponta de faire machine arrière en restaurant les pouvoirs de la Cour constitutionnelle qu’il avait préalablement réduit.

La suspension de Basescu est validée par la Cour constitutionnelle le 9 juillet et la bataille du référendum s’engage. Basescu se pose en capitaine dans la tempête qui veut entretenir la flamme de son pouvoir jusqu‘à son terme en 2014.