DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les Pussy Riot clament leur innocence

Vous lisez:

Les Pussy Riot clament leur innocence

Taille du texte Aa Aa

Les trois jeunes femmes du groupe russe sont jugées depuis lundi à Moscou pour une “prière punk” contre Vladimir Poutine dans la cathédrale du Christ-Sauveur. Le 21 février dernier, elles avaient demandé en musique à la Vierge Marie de “chasser Poutine” alors en pleine campagne présidentielle.

Accusées d’actes de vandalisme motivé par la haine religieuse, les trois femmes plaident non coupables. Elles risquent sept ans de prison.

Pour le Premier ministre Dmitri Medvedev, il ne faut pas dramatiser cette affaire.

“Dans de nombreux pays, les responsables de tels actes seraient traités beaucoup plus sévèrement et je ne parle même pas de certaines circonstances politiques où ce genre d’actions pourraient se terminer très tristement pour leurs auteurs”.

Les Pussy Riot ont regretté avoir pu heurté les sentiments religieux des croyants mais elles sont soutenus par nombres d’opposants et d’ONG qui défendent la liberté d’expression et dénoncent un procès politique comme le rappelle l’une des avocats du groupe :

“Est-ce qu’on parle de pays où on lapide les femmes jusqu‘à la mort ? Si on parle de tels pays, c’est vraiment étrange de les comparer à la Russie. Si Dmitri Medvedev pense qu’il faut aller jusqu‘à un tel cléricalisme et qu’un état laïc n’est pas la voie que doit choisir la Russie, alors oui, bien sur, nous devons vraiment prêter attention à de tels discours”, explique l’une des avocates des Pussy Riot.

Ce débat sur une éventuelle dérive religieuse de l’Etat russe n’est pas nouveau mais sa contestation est de plus en plus forte depuis le retour effectif de Vladimir Poutine au Kremlin.