DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Russie: ouverture du procès des "Pussy Riot"


Russie

Russie: ouverture du procès des "Pussy Riot"

C’est aujourd’hui que s’ouvre le procès des “Pussy Riot” en Russie. Âgées d’une vingtaine d’années, elles ont été arrêtées en février pour avoir chanté une prière punk anti-Poutine dans la plus grande cathédrale de Russie, ce qui a choqué un bon nombre de croyants.

Accusées de vandalisme motivé par la haine de la religion, elles encourent jusqu‘à sept ans de prison.

“Une société sans base morale peut être bien plus dangereuse qu’une société qui est trop dure avec ce genre de performances.” estime ce chrétien orthodoxe. “Donc il faut équilibrer les choses, bien sûr sept ans c’est trop dur, mais ce qu’elles ont fait est aussi assez méprisable, donc il faut envoyer un message.”

Les “Pussy Riot” avaient pour but de dénoncer les liens étroits entre l’Eglise orthodoxe et Vladimir Poutine. Leur procès aura valeur de test pour mesurer le degré de tolérance du président.

“Ce qui s’est passé dans la cathédrale du Christ Saint-Sauveur n’est pas soumis au code pénal mais administratif.” souligne leur avocat. “Pour cela, une amende de 500 à 1000 roubles devrait être infligée. Nous croyons donc que l’ensemble du procès criminel est illégitime contrairement au bureau du procureur. Donc n’importe quel verdict à part ‘non-coupable’ sera illégal.” conclut-il.

Les jeunes femmes avaient fait irruption devant l’autel de la cathédrale du Christ-Sauveur. Dans leur chanson, elles demandaient à la Vierge Marie de “chasser Poutine”.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Roumanie : les opposants à Basescu veulent encore y croire