DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Ukraine : à trois mois des législatives, début de campagne houleux

Vous lisez:

Ukraine : à trois mois des législatives, début de campagne houleux

Taille du texte Aa Aa

Manifestations devant le parlement ukrainien, en ce premier jour de début de campagne électorale. Un signe de plus de la division du pays à 3 mois des élections législatives d’octobre.

Objet de la grogne, le projet de loi très controversé sur la langue russe, qui deviendrait langue régionale dans les territoires où les russophones représentent plus de 10% de la population, soit treize régions sur vingt-sept, dont Kiev, la capitale.

Le texte impulsé par le Parti du président Ianoukovitch ne cesse de faire des vagues, pour l’opposition il revient à donner au russe un statut de 2e langue d’Etat. En avril, son examen au parlement a fini en bagarre, le président de l’assemblée a refusé de le signer et a démissionné.

Pour les représentants de la majorité, comme ici Olexandre Yefremof, l‘élargissement de l’usage de la langue russe a été bloquée pendant trop d’années. Ils assurent que cette question inscrite dans le programme du parti ne remet pas en cause la place de l’ukrainien comme langue officielle.

Pour l’opposition, c’est surtout une manoeuvre électoraliste d’un gouvernement fragilisé sur le plan économique. Une façon d’esquiver les gros dossiers pour cet analyste:

«Compte tenu de tous les problèmes sociaux et économiques, la question de la langue n’est vraiment pas une priorité… L’opposition va jouer la dessus, elle n’en parlera pas tant que le Parti des Régions ne l’utilisera pas dans la campagne “.

Premier jour de campagne tendu donc, qu’a choisi la principale alliance de l’opposition pour organiser une grande marche, et annoncer que l’ex-Première ministre Ioulia Timochenko sera leur tête de liste.

Une tête de liste symbolique, cette dernière ne pouvant se présenter en raison de son incarcération pour abus de pouvoir.