DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Une panne massive d’électricité frappe le Nord de l’Inde

Vous lisez:

Une panne massive d’électricité frappe le Nord de l’Inde

Taille du texte Aa Aa

Près de 300 millions d’habitants ont subi lundi 30 juillet une gigantesque panne d’électricité, les privant de courant et d’eau.

L’ensemble du réseau électrique du nord du pays s’est effondré dans la nuit du dimanche 29 au lundi 30 juillet, aux alentours de deux heures du matin heure locale (21h30 heure française). Le ministre de l’Energie, Sushilkumar Shinde, a indiqué que le courant n’avait été rétabli que six heures plus tard. Il a ajouté que la panne serait dûe à “une surcharge sur le système électrique ayant entraîné des ruptures d’approvisionnement en cascade”.

Les transports en commun et ferroviaires ont été très touchés par la panne. Environ 300 trains ont été perturbés et le métro de New Delhi ne fonctionnait qu’à 25% de ses capacités à 7h du matin. L’arrêt des feux de signalisation a entraîné d’importants embouteillages à l’heure de pointe.

Selon Power System Operation Corp (PSOC), le groupe en charge du réseau électrique, “la totalité de la région nord” a été affectée, ce qui correspond à 28% de la population de l’Inde. L’agence de l’eau à New Delhi a indiqué que sept usines de traitement des eaux avaient été paralysées par la panne. Cependant à la mi-journée, cinq d’entre elles fonctionnaient.

Selon le président du groupe public d‘électricité de l’Uttar Pradesh, Avinash Awasthi, l’effondrement du réseau serait imputable à plusieurs états ayant dépassé leur capacité autorisée pour répondre à la forte demande pendant l‘été, où les températures peuvent facilement avoisiner les 40°C.

M. Shinde a rappelé que ce genre de black-out n’arrivait pas que dans des pays en développement. En 2003, aux Etats-Unis, le courant n’avait pu être rétabli qu’au bout de quatre jours.

En Inde, un pays émergent en quête de nouvelles sources d’approvisionnement énergétique pour alimenter sa croissance, les coupures de courant sont fréquentes mais elles ne durent en général que de brefs instants.

Le pays, qui dépend essentiellement du charbon, voudrait faire passer la part du nucléaire dans sa production électrique, de 3 % actuellement, à 25 % d’ici à 2050.