DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Escrime : retour sur l’imbroglio Shin A-Lam


Sport

Escrime : retour sur l’imbroglio Shin A-Lam

La défaite de l’escrimeuse Sud-Coréenne Shin A-Lam restera gravée dans les mémoires des jeux olympiques. En effet, la jeune épéiste a été battue lors de la demi-finale du tournoi d’épée par l’Allemande Britta Heudeimann. Retour sur l’un des plus gros imbroglios de l’histoire de l’escrime…

A cinq minutes de la fin des trois périodes de 3 minutes, les deux escrimeuses sont à égalités. Une minute de temps additionnel est ajoutée comme le stipule le règlement en cas d’égalité. Le premier tireur qui met une touche est déclaré vainqueur. C’est Shin qui possède la priorité la positionnant en gagnante en cas de score nul.

Or, une panne empêche pendant vingt minutes la demi-finale de se terminer. Le chronomètre reste bloqué à une seconde de la fin. L’Allemande parvient à marquer le point de la victoire après quatre assauts partagés.

L’entraîneur de la sud-coréenne bondit alors de son banc contestant le résultat. Il estime que la seconde restante était dépassée au moment de la touche de Heidemann.

En désaccord avec la victoire de son adversaire, Shin A-Lam reste une heure sur l’estrade. Prostrée, en larmes ou effondrée, assise seule sur la piste éclairée de l’immense salle noyée de monde, l’épéiste conteste le résultat en attendant que ses responsables parviennent à déposer une réclamation.

Après 20 minutes de délibération, la commission technique de la Fédération Internationale la rejette. L’Allemande Britta Heudeimann est finalement déclarée vainqueur.

La fronde de la sud-coréenne a obligé les organisateurs à décaler la finale. Dix minutes après avoir accepté son sort, Shin revient sur la piste pour tenter de décrocher le bronze sous les encouragements du public l’ayant soutenue une heure durant. Elle s’incline face à la n°1 mondiale, la chinoise Sun Yujie (15-11).

Prochain article

Sport

La razzia chinoise