DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Maroc : une centrale hybride unique en Afrique


hi-tech

Maroc : une centrale hybride unique en Afrique

En partenariat avec

Avec plus de 300 jours d’ensoleillement par an, Aïn Beni Mathar (province de Jerada, Maroc), près de la frontière algérienne, était le site marocain idéal pour construire une centrale hybride, à la fois thermique et solaire. Première centrale de ce genre mise en exploitation en Afrique (2010), Aïn Beni Mathar est surtout l’occasion pour le Maroc qui souffre énormément de sa dépendance énergétique (le pays importe 97% de ses besoins en énergie, charbon-pétrole) d’explorer la voie des énergies renouvelables.

L’office national de l‘énergie et la Banque Africaine de développement ont ouvert les portes de la centrale à euronews. Petite visite guidée en compagnie du directeur d’exploitation, Nour Eddine Fetian :

“Le principe, c’est que cette centrale est constituée de deux lignes, deux turbines à gaz, deux chaudières de récupération, une turbine à vapeur et des lignes de production et d‘évacuation d‘énergie. Donc la vapeur est produite par deux sources : il y a le gaz naturel, dans le cadre du cycle combiné normal, et la vapeur produite par le champ solaire. Ces deux vapeurs convergent vers la turbine à vapeur et s’intègrent en même temps pour produire de l‘énergie électrique.”

La puissance totale de la centrale est de 472 MégaWatt, dont 20MW de solaire, ce qui lui permet de satisfaire environ 10% de la demande énergétique du pays. Aïn Beni Mathar est alimentée en gaz naturel par le gazoduc Maghreb/Europe.

“Donc le cycle combiné permet de récupérer l‘énergie qui est encore sur le gaz d‘échappement pour produire de la vapeur. Tout simplement, le gaz après échappement, il rentre dans une chaudière de récupération. Cette chaudière de récupération est alimentée par l’eau et permet de produire de la vapeur à travers les échangeurs thermiques. Cette vapeur atteint certains paramètres de température et de pression pour aller vers la turbine à vapeur, là ou elle converge avec la vapeur produite par le champ solaire pour attaquer la turbine et produire de l‘énergie électrique à travers ce mécanisme, explique Nour Eddine Fetian.”

La centrale utilise un système de refroidissement novateur. Des ventilateurs géants, appelés également aéro-condenseurs, permettent de réduire la consommation d’eau de 5,3 millions de m3/an à moins d’un million de m3/an soit une économie de 80%.

“Etant donné que l’on travaille dans un cycle fermé, la vapeur travaille au niveau de la turbine, il faut la condenser. Et donc on a besoin d’un système de refroidissement. Le système utilisé dans cette centrale est un système de refroidissement à sec. Ce qui permet de réduire au maximum la consommation en eau. Donc c’est un échangeur air-eau. A travers les ventilateurs, on aspire de l’air frais et on l’injecte dans un échangeur pour condenser la vapeur, récupérer de l’eau et reprendre le cycle au début. Mais le plus important est qu’il permet de réduire la consommation d’eau d’une valeur très très importante.”

Le champ solaire occupe 88 des 160 hectares du site : les 3688 panneaux cylindro-paraboliques suivent la course du soleil. Aïn Beni Mathar est un site précurseur pour le Maroc. Très prochainement, une centrale 100% solaire d’une puissance de 2 GW verra le jour à Ourzazate.

“Nous avons un format parabolique qui permet de suivre exactement le positionnement du soleil pour maximiser le rayonnement. La parabole reflète rapidement le rayon vers le foyer. Et l’huile qui circule dans un tube spécial récupère le maximum d‘énergie de rayonnement solaire pour ensuite céder cette chaleur au niveau de la chaudière de récupération.”

La centrale respecte des normes environnementales drastiques : elle permet au Maroc d‘économiser 12.000 tonnes de fioul par an et évite ainsi l‘émission de 35.000 tonnes de CO2. Tous les rejets liquides sont traités et stockés dans un bassin d‘évaporation étanche de 6 hectares.

Pour limiter sa dépendance énergétique, le Maroc la mis en place un plan très ambitieux destiné à produire 40% d‘énergies renouvelables (éolien et solaire) d’ici 2020.

Prochain article

hi-tech

Une forêt exquise, et numérique, à la Tate Modern