DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le régime végétarien des poissons

Vous lisez:

Le régime végétarien des poissons

Taille du texte Aa Aa

Anita Viga est directrice du marketing de Skretting, une ferme aquacole norvégienne :
“Traditionnellement et pendant de nombreuses années on a fait des aliments pour les poissons uniquement à partir de viandes et de graisses de poissons. Sur le long terme ce n’est pas viable”.

Dans cette ferme, le menu des poissons a été changé.

Dans le passé, l’aquaculture dépendait largement sur des aliments à base de poissons plus petits. Mais les ressources halieutiques sont sous pression il fallait trouver un autre régime alimentaire. Il repose principalement sur des céréales.

Leo Nankervis, chercheur senior en diététique de Skretting ARC :

“L’apparence, la forme sont toujours les mêmes ainsi que de nombreuses caractéristiques de la nourriture d’origine. Mais parce que nous ne mettons plus de chair de poisson nous utilisons toute une variété de produits bruts tels que du gluten de blé ou du concentré de protéïnes de soja, une variété de haricots, de pois afin de fabriquer ce profil de substances nutritives d’un plat à base de poisson”.

Cet aliment pour poisson a été conçu dans le cadre d’un projet de recherche européen. Les chercheurs l’ont testé sur des saumons, des truites arc en ciel, des carpes et des dorades.
Les aliments ne sont pas entièrement végétariens et comportent quelque 10% de chair de poissons de plus il a fallu évaluer des aliments comme les haricots et le soja.

Leo Nankervis :
“On va d’abord évaluer leur digestibilité en les mélangeant à des aliments expérimentaux avec un marqueur inerte pour que nous puissions avec précision ce qui reste après la digestion et ce qui est disponible pour le poisson. A partir de là on peut l’inclure dans des essais de croissance pour vérifier l’effet de cette matière brute sur la croissance du poisson”.

Les tests ont montré que la croissance du poisson était aussi bonne et que ses qualités gustatives n‘étaient pas affectées par ce régime beaucoup plus végétarien. Cette ferme de Stavanger a adopté sans états d’ame ces aliments.

Anita Viga :
“Nous avons fait beaucoup de test et nous avons montré aux producteurs que ces aliments fonctionnaient, qu’ils étaient performants et qu’ils produisaient une bonne qualité de poisson. Son potentiel économique est bien réel. Ils ont aussi vu l’aspect durable ainsi que les possibilités de croissance parce que c’est une façon durable de faire les choses”.

http://www.aquamaxip.eu/