DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Education : le processus de Bologne

Vous lisez:

Education : le processus de Bologne

Taille du texte Aa Aa

Philippe, Belgique :
“Je me pose des questions sur le processus de Bologne. A priori, il s’agit d’une initiative très intéressante, mais je voudrais savoir s’il y a des études qui en démontrent le rapport qualité-prix?”

Denis Poizat, Maître de conférences à l’Institut des Sciences et Pratiques d’Education et de Formation, Université Lyon 2, France

“Je répondrais à Philippe que d’abord le processus de Bologne a permis à des milliers d‘étudiants de se déplacer pour des études à l‘étranger et que cette possibilité-là n‘était offerte auparavant qu‘à quelques uns et il y a aujourd’hui un formidable mouvement de jeunesse internationale qui part étudier à l‘étranger. Et puis la deuxième chose que je répondrais à Philippe, c’est une harmonisation progressive, assez douce dans son processus, des diplômes et qui permet cette mobilité professionnelle.

Alors si l’on veut évaluer le coût-bénéfice du processus de Bologne, on doit se caler sur un certain nombre de préconisations qui avaient été faites par les grandes organisations internationales et par les nations elles-mêmes. C’est-à-dire : est-ce-que les universités peuvent favoriser la prospérité des Etats, le bien être des populations en augmentant la richesse des peuples ?

Eh bien, ça ne peut pas s‘évaluer en 5 ans, en 10 ans, mais ça peut s‘évaluer en 30 ans et les premières mesures, les premières indications qu’on peut observer dans ce domaine montrent que le marché européen et ce que l’on a appelé dans le processus de Bologne le “marché de la connaissance”, “l’Europe de la connaissance”, est très favorable à l’innovation.

Néanmoins, je crois qu’il faut entendre les critiques. Ces critiques disent quoi ? Elles disent que peut-être ce coût-bénéfice pour la prospérité économique ne va profiter qu‘à quelques uns et c’est vrai que cette question de la justice doit être posée de manière très nette.et parfois un peu frontale.

Je crois que le processus de Bologne est en direction d’une hyper-démocratie d’abord européenne qui favorise à la fois la prospérité des peuples, qui favorise la justice, qui doit s’efforcer de favoriser la justice.

Et on doit entendre que dans l’Europe des universités, il y a ce mot “université” qui provient de “universel” et je crois qu’il faut relier le bénéfice à cette hyper-démocratie d’un monde de la connaissance que peut, je l’espère, favoriser le processus de Bologne.”

“Si vous souhaitez, vous aussi, poser une question dans Utalk, cliquez sur le bouton ci-desous .”